Accès au crédit immobilier : pas d'exclusion en masse, assure la Banque de France

Accès au crédit immobilier : pas d'exclusion en masse, assure la Banque de France
immobilier à vendre

Boursier.com, publié le lundi 03 février 2020 à 17h49

La Banque de France conteste les chiffres de l'Observatoire des crédits aux ménages, selon lesquels plus de 100.000 ménages pourraient être exclus du marché de l'immobilier.

Est-ce la fin du crédit facile pour les plus modestes ? Non, à en croire la Banque de France qui assure que les ménages français ne courent pas le risque d'être exclus en masse du crédit immobilier, et ce malgré les restrictions récemment demandées par les autorités financières.

"L'accès au crédit immobilier sera maintenu, sans le moindre doute", promet l'institution dans un communiqué commun avec l'ACPR, régulateur du secteur. "Le crédit immobilier continuera de croître en France, sur des bases plus saines et plus durables", a-t-elle ajouté.

Cette déclaration fait suite aux estimations de certains experts, qui affirment que 100.000 ménages pourraient être exclus du crédit immobilier dans le cas où les banques choisissent d'appliquer les dernières recommandations du Haut conseil à la stabilité financière (HCSF), comme l'avait révélé l'Observatoire des crédits aux ménages.

"Certains chiffres qui circulent du côté des banques n'ont aucun fondement"

"Certains chiffres qui circulent du côté des banques n'ont aucun fondement", a affirmé la Banque de France en réaction à l'étude publiée la semaine dernière par l'Observatoire des crédits aux ménages. "Ils ne tiennent pas compte de l'épargne que les ménages peuvent mobiliser facilement - dont leur assurance-vie -, ni des flexibilités prévues", a-t-elle expliqué.

Pour rappel, fin décembre 2019, le HCSF, qui rassemble notamment le ministère de l'Economie et la Banque de France, avait recommandé aux banques de ne pas octroyer de crédit immobilier sur une durée supérieures à 25 ans. Les autorités avaient également conseillé aux banques de ne pas accepter de prêt immobilier dont les remboursements représenteraient plus d'un tiers des revenus des ménages.

"L'objectif est de protéger les Français" selon Bruno Le Maire

Ces mesures incitatives s'inscrivent dans un contexte de taux bas et d'essor des crédits immobiliers en France, qui ont crû de 7% en un an. Face au risque de surchauffe, le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau avait également mis en garde, mi-janvier, les banques, menaçant même de passer à "une surcharge en capital pour les prêts non conformes".

Accusé de vouloir freiner l'accès au logement, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait également assuré aux 'Echos' que "l'objectif est de protéger les Français, en aucun cas de restreindre l'accès au crédit".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.