Accusé de racisme, Twitter va modifier son algorithme de recadrage des photos

Accusé de racisme, Twitter va modifier son algorithme de recadrage des photos©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 02 octobre 2020 à 18h08

Le réseau social avait été épinglé le mois dernier par de nombreux utilisateurs, en raison de l'algorithme utilisé pour recadrer automatiquement les photos publiées sur sa plateforme...

Il s'agissait de l'une des polémiques de la rentrée : Twitter avait été épinglé par de nombreux utilisateurs indignés, en raison de l'algorithme utilisé pour recadrer automatiquement les photos publiées sur sa plateforme. Selon des internautes, le système de prévisualisation des images privilégierait les visages des personnes de couleur blanche à ceux des personnes noires lorsqu'il faut recadrer une photo afin qu'elle apparaisse de façon lisible dans l'aperçu d'une image dans un tweet.

Un utilisateur avait notamment pointé un exemple, en réalisant des tests avec les visages de Mitch McConnell, sénateur blanc de 78 ans, et l'ancien président Barack Obama. Quelle que soit la disposition de l'image comportant les deux visages, l'algorithme privilégiait ainsi la photo de Mitch McConnell.

La plateforme de microblogging, qui a tenu à démentir toute volonté discriminatoire, est récemment revenue sur l'affaire. Dans un article de blog publié jeudi, Twitter a assuré plancher sur plusieurs pistes pour éviter un tel écueil dans l'affichage d'images ajoutées à des tweets, en promettant notamment de modifier son algorithme.

"Ce que vous voyez est ce que vous obtenez"

"À l'avenir, nous nous engageons à suivre les principes de conception 'ce que vous voyez est ce que vous obtenez', c'est-à-dire tout simplement : la photo que vous voyez dans l'éditeur de tweet apparaîtra telle quelle dans le tweet", précise le réseau social.

Malgré les enquêtes qui ont été menées, Twitter a néanmoins souligné ne pas avoir trouvé d'éléments impliquant une quelconque partialité dans son intelligence artificielle. "A ce jour, nos analyses n'ont pas révélé de préjugés raciaux ou sexistes", affirme l'entreprise qui reconnaît toutefois que la manière dont sont recadrées les photos peut donner lieu à "un risque de préjudice".

Google déjà épinglé sur la question des biais raciaux

"Nous aurions dû mieux anticiper cette possibilité lorsque nous avons conçu et fabriqué ce produit pour la première fois. Nous menons actuellement des analyses supplémentaires pour ajouter encore plus de rigueur à nos tests", assure encore le réseau social.

La question des biais ethniques, raciaux ou sexistes des algorithmes avait déjà été soulevée dans la Silicon Valley. En 2015, Google a été contraint de supprimer son application d'image, qui avait alors confondu des Afro-Américains avec un gorille...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.