Accusée d'emploi fictif, Anne Hidalgo contre-attaque

Accusée d'emploi fictif, Anne Hidalgo contre-attaque©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 25 octobre 2017 à 18h05

Anne Hidalgo a annoncé mercredi qu'elle allait porter plainte contre le magazine 'Capital' après la publication d'un article l'accusant d'avoir bénéficié pendant deux ans d'un emploi fictif.

"Après avoir été élue première adjointe de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris en mars 2001, Anne Hidalgo a continué de se faire payer pendant des mois par son administration d'origine, le ministère du Travail", a indiqué le magazine paru mercredi.

Plainte pour diffamation

Selon l'article, elle percevait "un salaire mensuel de 3.040?euros du ministère, auquel s'ajoutaient entre 1.000? et 2.000 ?euros de primes", en plus de ses indemnités d'élue municipale.

Anne Hidalgo "conteste avec la plus grande fermeté l'accusation d'emploi fictif qui est portée contre elle", dans un communiqué publié sur Twitter. "Face à cette atteinte grave à son honneur et à sa probité, elle annonce sa décision de déposer plainte pour diffamation", poursuit le texte.

Selon 'Capital', jusqu'en avril 2002, elle était, en tant qu'inspectrice du travail en chef, officiellement mise à disposition du cabinet de Marylise Lebranchu, la ministre de la Justice de Lionel Jospin, comme conseillère technique puis comme chargée de mission. "A son arrivée, en novembre 2000, elle a travaillé pendant quelques semaines sur le conflit des greffiers. Mais ensuite, elle est partie faire sa campagne municipale, et on ne l'a pratiquement plus revue", assure une source citée par le magazine, qui précise qu'elle n'avait même pas de bureau.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.