Acier : les partenaires des Etats-Unis très inquiets

Acier : les partenaires des Etats-Unis très inquiets©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 07 mars 2018 à 16h25

"Les guerres commerciales sont mauvaises et faciles à perdre". L'avertissement est venu mercredi du président du Conseil européen, Donald Tusk, alors que Donald Trump ne semble pas près du tout à faire marche arrière dans son projet de taxation des importations américaines d'acier et d'aluminium. La tension est si forte, y compris à Washington, que le conseiller économique de Donald Trump, Gary Cohn, a démissionné mercredi. Cet ancien dirigeant de la banque Goldman Sachs était pourtant considéré comme un rempart contre le nationalisme économique du président des Etats-Unis.

Depuis, les craintes des partenaires commerciaux ont encore monté d'un cran. Les investisseurs redoutent d'éventuelles mesures de rétorsion de la part du Canada, de la Chine et l'Europe, un engrenage qui menacerait le rythme de la croissance économique mondiale.

"Dans une guerre commerciale (...), personne ne gagne, on retrouve en général des perdants des deux côtés", a averti la directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, dans une interview à RTL. "Si le commerce international était remis en cause par des mesures de ce type-là, ce serait un canal de transmission d'une baisse de la croissance, d'une baisse des échanges et ça serait redoutable", a jugé l'ancienne ministre française de l'Economie.

Qui pour succéder à Cohn ?

L'Union européenne a dressé une liste de produits américains, allant du bourbon aux jean's en passant par les Harley-Davidson, susceptibles d'être taxés au cas où Donald Trump persisterait dans ses intentions.

La commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a tenu un discours assez semblable à celui de Christine Lagarde. "Personne ne sort vainqueur d'une guerre commerciale. Si (cette mesure) n'est pas mise en oeuvre, ce qui serait le mieux, nous pourrons travailler avec nos amis américains et d'autres alliés sur la question au coeur de ce problème, la surcapacité". "Mais si (les taxes) sont imposées, nous devrons prendre des mesures pour protéger les emplois européens."

Plusieurs noms des candidats circulent pour succéder à Gary Cohn, et ils sont loin d'apaiser les tensions, puisqu'il s'agit de Peter Navarro, directeur du Conseil national du Commerce à la Maison blanche, très hostile à la Chine, et du commentateur conservateur Larry Kudlow.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.