Acier : Paris et Berlin saluent la décision de Trump

Acier : Paris et Berlin saluent la décision de Trump©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 23 mars 2018 à 10h41

Le porte-parole du gouvernement français, Benjamin Griveaux, a salué vendredi la décision de Donald Trump d'exempter temporairement l'Union européenne des droits de douanes sur les importations d'acier et d'aluminium.

"Il est heureux que le président Trump ait changé d'avis sur ces augmentations de droits de douane", a-t-il déclaré sur le plateau de Public Sénat. Selon lui, le revirement de l'administration Trump estlié à la fermeté affichée par l'Union européenne, qui aurait "pris (ses) responsabilités" pour éviter une guerre commerciale.

"C'était une mauvaise décision de l'administration américaine à l'endroit évidemment de l'industrie européenne et de la France avec une industrie qui aurait souffert de cette augmentation unilatérale de droits de douane", a ajouté Benjamin Griveaux.

La Chine n'est pas épargnée

Le président américain a décidé jeudi d'exempter provisoirement l'Union européenne et six pays tiers des droits de douanes qui vont s'appliquer aux importations d'acier et d'aluminium à compter de ce vendredi. Il a en revanche serré la vis contre Pékin : Donald Trump, a signé un décret imposant des barrières douanières sur 50 à 60 Mds$ de produits chinois importés aux Etats-Unis. Il a estimé que l'excédent commercial de la Chine avec les Etats-Unis était "hors de contrôle", et a ajouté que l'idée de taxer les produits chinois "couvait depuis longtemps".

Satisfecit de Berlin

A Berlin, le ministre allemand de l'Economie a salué lui aussi la décision de Donald Trump d'exempter les pays de l'Union européenne de tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium et a plaidé pour plus de coopération internationale sur le commerce.

"Je suis très satisfait que nous ayons évité une situation qui aurait pu conduire à une grande incertitude pour l'industrie allemande de l'acier et de l'aluminium et ses employés", a dit Peter Altmaier au micro de la radio Deutschlandfunk.

"Nous ne voulons pas de mesures unilatérales supplémentaires. Nous préférons des accords raisonnables", a-t-il poursuivi. "Notre but est qu'au terme de ces discussions, l'architecture du commerce international soit plus stable. Il doit y avoir plus de coopération et non moins de coopération".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU