Actionnariat salarié : la France bien placée

Actionnariat salarié : la France bien placée©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 21 septembre 2017 à 11h08

Eres, premier acteur indépendant en actionnariat salarié, retraite et épargne salariale, a publié les résultats de la 5ème édition de son étude sur l'actionnariat salarié des entreprises du SBF120.

L'objectif est de comparer la situation de l'actionnariat salarié en France par rapport à l'Europe et analyser les opérations réalisées depuis 2006 dans les entreprises du SBF120, notamment en termes de performance pour les salariés.

Performances sur 5 ans

Eres mesure ainsi, pour la deuxième année consécutive, la performance sur 5 ans des opérations d'actionnariat salarié initiées par les entreprises du SBF120. Le périmètre d'analyse a été élargi et intègre désormais les opérations collectives réalisées entre 2006 et 2011...

-Les salariés ayant souscrit à une opération d'actionnariat salarié (augmentation de capital réservée ou cession d'actions), réalisée par les entreprises du SBF120 entre 2006 et 2011, ont été gagnants dans 78% des cas avec le dividende et la décote (sans tenir compte de l'abondement) alors qu'un actionnaire normal aurait été gagnant dans 68% des cas seulement...

-Avec un taux d'abondement de 100%, les salariés auraient été gagnants dans 95% des cas au bout de 5 ans.
-Abondement et décote permettent de limiter sensiblement le risque pris par les salariés.
-Ces résultats sont conservateurs dans la mesure où ils partent du principe que le salarié cède ses actions au bout de 5 ans alors que rien ne l'y oblige.

Et les ressources humaines ?

Eres mesure aussi pour la première fois cette année, l'impact de l'actionnariat salarié sur des indicateurs RH des sociétés du SBF120...

Les taux moyens de départs volontaires et de licenciement entre 2012 et 2016 sont plus favorables dans les sociétés avec une très forte culture d'actionnariat salarié qu'au sein des sociétés avec une culture très faible.

Record historique

32 entreprises du SBF120 (soit 27%) ont réalisé au moins une augmentation de capital réservées à leurs salariés ou une cession d'actions existantes aux salariés. Ceci représente une hausse (en nombre d'entreprise) de +23% par rapport à 2015.

Le record historique sur les 10 dernières années est même atteint avec un total de 35 opérations en 2016 contre 24 en 2006.

En 2016, la France était toujours championne d'Europe de l'actionnariat salarié "démocratique" :

-76% des entreprises françaises ont des plans d'actionnariat pour l'ensemble de leurs salariés contre une moyenne européenne de 47% ;
-36% des salariés sont actionnaires contre 22% en Europe (taux de démocratisation) ;
-Les salariés (non dirigeants) détiennent 4,0% du capital contre 1,6% en Europe.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.