Air France: les pilotes menacent de faire grève si le futur patron ne négocie pas les salaires

Chargement en cours
Un Airbus a380 d'Air France sur le tarmac de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, le 6 août 2018
Un Airbus a380 d'Air France sur le tarmac de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, le 6 août 2018
1/2
© AFP, JOEL SAGET

AFP, publié le dimanche 12 août 2018 à 13h03

Le futur PDG d'Air France-KLM devra reprendre la négociation avortée sur les salaires "ou alors il y aura quinze jours de grève", prévient Philippe Evain, président du premier syndicat de pilotes de la compagnie aérienne française, dans une interview au Parisien dimanche.

Sans patron depuis le départ de Jean-Marc Janaillac début mai, Air-France-KLM a décidé de tripler la rémunération de son futur PDG pour attirer les candidats, au risque de jeter de l'huile sur le feu après l'échec des négociations salariales et les grèves à répétition du printemps.

"C'est un symbole. Surtout si la nouvelle direction n'entend pas négocier. Mais je n'y crois pas. Ou alors, il y aura quinze jours de grève", affirme M. Evain dans cet entretien au Parisien.

Cet avertissement clair du SNPL fait écho à celui de l'intersyndicale d'Air France, dont les dix organisations ont annoncé fin juillet qu'"avec ou sans PDG, dès le mois de septembre (...) le conflit pour les salaires reprendra et seul un accord pourra y mettre fin".

Un regain de tension estivale lié aux atermoiements dans la désignation du successeur de M. Janaillac. En juin, la nomination de Philippe Capron, énarque et directeur financier de Veolia, a tourné au fiasco après avoir été éventée dans la presse.

Cette semaine, des fuites similaires ont révélé que le numéro deux d'Air Canada, Benjamin Smith, était pressenti à la tête du groupe franco-néerlandais. Une hypothèse que M. Evain a qualifié sur Twitter de "grave erreur".

"Nous sommes inquiets. Nous pensons qu'il faut un dirigeant connaissant les spécificités du dialogue social français", a-t-il expliqué au Parisien, affirmant que "deux ou trois talents, des industriels, qui connaissent le marché européen, sont écartés sans aucune raison objective".

"Des Français ayant un parcours international répondent à ce profil", affirme pour sa part Paul Farges, représentant des pilotes actionnaires au conseil d'administration d'Air France-KLM, dans une tribune publiée par le Journal du dimanche.

Les salariés détiennent 3,9% des actions de la société, loin derrière l'Etat français (14,3%) et les compagnies Delta Airlines et China Eastern, entrées l'an dernier au capital à hauteur de 8,8% chacune.

Pour M. Farges, le choix du canadien Benjamin Smith reviendrait à "placer Air France sous influence nord-américaine" et serait le signe que Paris "aurait renoncé à sa souveraineté aérienne".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU