Airbnb convoqué à Bercy après les soupçons de fraude fiscale

Airbnb convoqué à Bercy après les soupçons de fraude fiscale
Appartement CBO Territoria

Boursier.com, publié le mardi 05 décembre 2017 à 21h22

Accusé d'avoir mis en place un service de paiement suspecté de permettre la fraude fiscale aux propriétaires qui louent leurs biens, Airbnb devra s'expliquer devant les ministres de l'Economie et du Budget. La semaine, dernière, 'Franceinfo' avait révélé que la plate-forme de location de meublés entre particuliers proposait à ses "hôtes' (les propriétaires de logements) une carte de crédit rechargeable Mastercard Payoneer, qui leur évite des transferts sur compte bancaire.

Ces revenus gérés par Payoneer, un prestataire américain dont la filiale européenne est localisée à Gibraltar, deviendraient ainsi invisibles pour le fisc français.

Bercy promet "la plus grande vigilance"

Gérald Darmanin, le ministre des Comptes Publics, a annoncé mardi qu'il avait, avec son collègue de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, "convoqué la semaine prochaine les dirigeants" de la plate-forme de location de meublés de courte durée. Et ce afin "de leur rappeler qu'ils doivent bien indiquer aux loueurs qu'ils doivent déclarer leurs revenus à l'administration fiscale", a précisé l'entourage du ministre.

En outre, Gérald Darmanin - qui répondait lors de la séance de questions au gouvernement à une interpellation du député UDI Charles de Courson - a précisé avoir demandé à l'administration fiscale "de regarder avec la plus grande vigilance" ce que propose la plateforme.

Airbnb se défend d'encourager la fraude fiscale

Le 1er décembre, Airbnb avait réagi en démentant favoriser l'évasion fiscale. La société avait assuré qu'elle "rappelait à l'ensemble de (ses) hôtes de vérifier et respecter les réglementations locales, y compris les règles fiscales". Airbnb "envoie également un rappel fiscal aux hôtes chaque année pour qu'ils sachent exactement combien de revenus ils doivent déclarer à l'administration fiscale", avait précisé Airbnb.

La plate-forme avait par ailleurs défendu le recours au service Payoneer, qui n'est pas spécifiquement utilisé par Airbnb, mais "propose des services de paiement similaires à de nombreuses entreprises dans le monde", avait ainsi déclaré vendredi un porte-parole d'Airbnb à l'agence 'Reuters'.

Sur la radio 'Franceinfo', Eric Vernier, chercheur et expert en paradis fiscaux, avait expliqué la semaine dernière que les comptes auxquels se rattache ce type de carte "échappent aux accords sur l'échange d'informations bancaires (que Gibraltar a signé avec la France), et restent très pratiques pour ceux qui veulent éviter que l'on sache qu'ils ont de l'argent ailleurs que dans leur pays de résidence"...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Airbnb convoqué à Bercy après les soupçons de fraude fiscale
  • avatar
    chabichou -

    comme toutes ces inventions financières américaines l’Europe est impuissante
    une liste des paradis fiscaux qui oublie les pays membres de l'union européenne eux mème hors des clous