Airbnb fête ses dix ans, entre défis et critiques

Airbnb fête ses dix ans, entre défis et critiques©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 23 février 2018 à 12h55

Airbnb fête ses dix ans cette année... C'est en 2008 que Brian Chesky et Joe Gebbia, deux étudiants en mal de logement pas cher, ont décidé de lancer cette plateforme, qui permet de louer des appartements et des maisons un peu partout dans le monde, entre particuliers. Aujourd'hui, 4,5 millions de logements, dans quelque 80.000 villes, seraient enregistrés sur le site.

Mais Airbnb veut aujourd'hui aller plus loin et proposer des gîtes, mais aussi des hôtels. "Nous avons besoin de diversité et donc de maisons de vacances, mais aussi de Bed&Breakfast, de boutiques-hôtels et de logements uniques comme des yourtes ou des cabanes", a expliqué Brian Chesky sur Europe 1. Le dirigeant veut aussi fonder Airbnb Plus, qui proposera des biens plus haut-de-gamme, avec une qualité vérifiée.

Cette diversification pourrait aussi prendre d'autres formes. "Nous voulons que quand vous aurez envie d'allez quelque part, vous puissiez tout réserver chez nous", sans passer par plusieurs sites ou applications, a-t-il poursuivi, expliquant qu'il voulait "regarder d'autres services au fur et à mesure".

"Nous payons les bons impôts"

La plateforme est dans le viseur de plusieurs villes en Europe, comme Londres, Berlin ou Barcelone. En France, elle a versé moins de 100.000 euros d'impôts en 2016, alors qu'Airbnb y affiche 450.000 logements disponibles, c'est à dire à peu près 10% de son offre, dont 65.000 logements à Paris. "Nous avons beaucoup de rendez-vous avec le gouvernement français et la ville de Paris et nous essayons de faire les bons choix", s'est défendu Brian Chesky sur Europe 1. "Je pense que nous payons les bons impôts", a-t-il ajouté.

"L'an dernier, l'impact d'Airbnb en France, ce sont 6 milliards d'euros. Ca représente l'argent dépensé par les voyageurs pour leur location, mais aussi ce qu'ils ont dépensé dans les commerces locaux, et puis nous collectons la taxe de séjour, même si nous ne sommes pas des hôtels. Donc je pense que nous avons un impact économique assez important en France et que nous cherchons toujours à faire ce qui est juste", a-t-il assuré.

Pas d'IPO en 2018

Il est actuellement impossible de louer son appartement plus de 120 nuits par an, et la Ville de Paris réfléchit à des règles plus strictes, en abaissant ce plafond à 60 jours. Selon les chiffres de la plateforme, les hôtes Airbnb dans le monde ont gagné 41 milliards de dollars et les clients ont séjourné dans un Airbnb plus de 300 millions de fois

Il n'y aura pas d'IPO pour fêter les 10 ans du groupe : Airbnb n'envisage pas de chercher à s'introduire en Bourse cette année, a déclaré début février le patron de la plate-forme américaine de location de logements entre particuliers. "Nous ne le ferons pas en 2018", a-t-il indiqué dans un communiqué. L'entreprise a été valorisée à 31 milliards de dollars (24,8 milliards d'euros) lors de son dernier tour de table, remontant à mars 2017

Vos réactions doivent respecter nos CGU.