Airbnb : quelles sont les villes les plus intéressantes pour louer son bien ?

Airbnb : quelles sont les villes les plus intéressantes pour louer son bien ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 21 novembre 2017 à 17h17

Nombre de biens à louer, nombre de touristes, nationalités et revenus annuels pour les hôtes... Airbnb France veut en dire plus sur son activité, et a ouvert ce mardi une plateforme qui propose les données récoltées sur sa plateforme entre septembre 2016 et septembre 2017. Baptisé Dataville by Airbnb, le site propose aux internautes de découvrir et partager "en un clic les chiffres Airbnb de votre commune, votre département, ou votre région".

Repéré par 'Le Parisien', il ne propose cependant pas encore les informations sur toutes les villes de France. "Le portail recense les communes qui comptabilisaient plus de dix hébergements au 1er septembre 2017, date de l'extraction de nos données", souligne Emmanuel Marill, directeur d'Airbnb France, interrogé par le journal. Il prévoit une mise à jour annuelle, chaque 1er septembre.

11.200 euros à Arbonne-la-Forêt

Ceux qui souhaitent en savoir plus sur les revenus des bailleurs à Paris seront déçus, puisque Airbnb a préféré se limiter aux retombées dans la capitale, soit 1,7 milliard d'euros en un an. "Le revenu médian annuel collecté par hôte dans la capitale est par ailleurs de 2.300 euros par an", précise tout de même le patron d'Airbnb.

Concernant le revenu annuel médian des hôtes, la palme revient à Arbonne-la-Forêt, avec 11.200 euros pour ceux qui décideraient de proposer leur logement sur la plateforme dans cette commune de Seine-et-Marne. Suivent Alex en Haute-Savoie (10.700 euros), Étretat en Seine-Maritime (10.000 euros), Saint-Victor-la-Coste dans le Gard (9.700 euros) et Lassay-les-Châteaux en Mayenne (9.500 euros).

Séduire les édiles

Les premiers destinataires de cette plateforme sont les maires français - elle devait d'ailleurs être présentée au cours du Salon des maires et des collectivités locales qui débute ce mardi à Paris. L'objectif est donc de leur montrer l'ampleur des retombées économiques en leur faveur, alors que plane une menace pour le groupe américain dans le futur projet de loi sur le Logement : "un amendement autoriserait les maires à interdire la location de logements dans certains quartiers", rappelle 'Le Parisien'.

Pour tenter de redorer son blason, Airbnb multiplierait donc les signes de bonne volonté. La société a confirmé la semaine dernière qu'elle allait instaurer une limite de 120 nuitées par an dans le centre de Paris. Cette mesure sera mise en oeuvre en janvier 2018 dans les arrondissements du centre parisien (1er au 4e), où la plateforme a constaté des "excès", et fait suite au succès d'initiatives similaires à Londres et Amsterdam. La société est critiquée depuis de longs mois pour "concurrence déloyale" par les acteurs du tourisme.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU