Airbus-Boeing : les surtaxes de 4 Mds$ de l'UE sont entrées en vigueur

Airbus-Boeing : les surtaxes de 4 Mds$ de l'UE sont entrées en vigueur
commandes 2012

Boursier.com, publié le mardi 10 novembre 2020 à 22h10

En réponse aux surtaxes américaines sur le vin et les avions européens, Bruxelles a mis en place depuis mardi des surtaxes sur les avions Boeing ainsi que de nombreux produits agro-alimentaires américains.

Suite à la récente décision de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), l'Union européenne a mis en place, depuis ce mardi 10 novembre, des droits de douane sur 4 milliards de dollars d'exportations américaines vers l'UE.

L'OMC avait autorisé le 14 octobre dernier l'UE à taxer ces 4 Mds$ d'importations des Etats-Unis, en raison des aides publiques américaines versées à Boeing. Un an plus tôt, l'OMC avait aussi autorisé Washington à imposer des taxes sur 7,5 Mds$ de biens européens, ce qui a abouti à une surtaxe de 15% sur les livraisons d'Airbus aux Etats-Unis et une surtaxe de 25% sur le vin, le fromage et l'huile d'olive européenne.

Un dossier vieux de 16 ans, envenimé par Donald Trump

Bruxelles n'a donc pas attendu la prise de fonction de Joe Biden à la Maison Blanche, le 20 janvier prochain, pour mettre en oeuvre cette décision, qui s'inscrit dans le cadre de la querelle qui oppose depuis 16 ans Airbus et Boeing, chaque avionneur reprochant à l'autre les aides et subventions dont il aurait indûment bénéficié.

L'OMC a rendu plusieurs avis sur ce dossier, donnant tour à tour raison à chacun des protagonistes. En 2019, le président américain Donald Trump s'est emparé du dossier Airbus-Boeing pour en faire un enjeu politique des négociations commerciales plus larges avec l'UE.

Les produits américain visés par l'UE incluent tous les modèles d'avions de Boeing (taxés à 15%), mais surtout des produits agricoles américains (tabac, patates douces, blé, huiles végétales, fruits et jus...) ou agroalimentaires (alcools forts, chocolat...), ainsi que des biens manufacturés (tracteurs, pelleteuses, équipements de casino, pièces de vélo...) taxés à 25%, selon une liste officielle.

Des négociations se poursuivraient en coulisse

Ces sanctions "sont en miroir des mesures américaines. Nous ne voulons pas d'escalade du conflit", a expliqué le commissaire européen à l'Économie, Valdis Dombrovskis à l'issue d'une visioconférence des ministres européens du Commerce.

Washington s'est dit "déçue" par la décision européenne, qui "montre que l'UE ne se préoccupe des règles de l'OMC que quand ça l'arrange", a réagi Robert Lighthizer, le représentant au Commerce, dans un communiqué.

Selon des sources proches du dossier, l'UE et les Etats-Unis négocieraient cependant pour tenter de résoudre ce long bras de fer commercial. Airbus a salué la décision de Bruxelles, mais a ajouté "soutenir l'engagement de l'UE pour trouver un règlement négocié à cette longue dispute afin d'éviter des taxes perdant-perdant".

Le secteur vinicole français inquiet d'une nouvelle escalade

De son côté, la Fédération des Exportateurs de Vins & Spiritueux (FEVS) s'était inquiétée samedi d'un risque d'escalade dont pâtirait une nouvelle fois le secteur vinicole français, et a appelé de ses voeux une négociation apaisée pour éviter toute aggravation des taxes.

Sur son compte Twitter, la FEVS demandait un report des taxes européennes à janvier 2021... rappelant que les surtaxes Trump ont entraîné depuis octobre 2019 une baisse de 30% des importations de vins tranquilles français aux Etats-Unis, par rapport à la même période un an plutôt, soit une perte de chiffre d'affaires d'environ 400 millions d'euros pour les entreprises exportatrices françaises. Aux effets de la taxe Trump se sont ajoutés ceux de la crise sanitaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.