Alibaba : mais où est passé Jack Ma ?

Alibaba : mais où est passé Jack Ma ?
Jack Ma créateur Alibaba

Boursier.com, publié le mardi 05 janvier 2021 à 22h03

Selon le 'Financial Times', le fondateur d'Alibaba n'a pas été vu depuis fin octobre, soit peu de temps après un discours très critique à l'égard du système de régulation financière de Pékin...

Le fondateur d'Alibaba est porté disparu !... Hasard ou coïncidence, le milliardaire chinois de 56 ans n'a pas été vu depuis le mois d'octobre dernier, soit peu de temps après un discours très critique à l'égard du système de régulation financière de Pékin, comme l'a rapporté le 'Financial Times'.

Lors d'un forum économique à Shanghaï le 24 octobre, l'homme d'affaires le plus puissant de Chine avait en effet appelé à une refonte du système financier chinois, le jugeant "vieillissant". Depuis, la 25ème fortune mondiale selon le classement Bloomberg n'est pas réapparue en public. Une absence qui alimente les spéculations.

Jack Ma, qui s'est retiré de la présidence d'Alibaba en 2019, aurait également été "remplacé en tant que juge lors de la finale de Africa's Business Heroes, un concours télévisé destiné aux entrepreneurs en herbe", raconte le quotidien économique britannique.

Entrée en Bourse de Ant suspendue

Un porte-parole d'Alibaba a justifié son absence par un "problème d'emploi du temps". Toutefois, la photo de l'homme d'affaires, qui a tweeté pour la dernière fois le 10 octobre dernier, a été retirée du site de l'émission, ainsi que d'une vidéo promotionnelle, a souligné le 'Financial Times'.

Sur les réseaux sociaux, les rumeurs les plus folles courent déjà, notamment celle qui accuse Pékin d'avoir orchestré sa disparition. Ces rumeurs interviennent également alors que Pékin avait décidé en novembre dernier de suspendre l'introduction en Bourse très attendue de 37 milliards de dollars (31,57 milliards d'euros) de Ant, la banque en ligne d'Alibaba. Une suspension qui avait fait chuter le titre du géant du commerce en ligne.

"Je pense qu'on lui a dit de faire profil bas"

"Je pense qu'on lui a dit de faire profil bas", a expliqué à 'Reuters' Duncan Clark, président de BDA China, une société de conseil technologique basée à Pékin. "C'est une situation assez unique, plus liée à la taille même de Ant et aux sensibilités en matière de réglementation financière", a-t-il précisé.

Par ailleurs, Pékin avait annoncé le 24 décembre l'ouverture d'une enquête alors que la firme est soupçonnée de "pratiques monopolistiques". Le groupe Alibaba avait réagi, affirmant qu'il "coopérerait activement avec les régulateurs durant l'enquête".

Fin décembre, 'Le Monde' avait rappelé que plusieurs entrepreneurs, qui n'hésitaient pas à critiquer les autorités chinoises, avaient déjà été ciblés. C'est notamment le cas du magnat de l'immobilier Ren Zhiquiang, qui a été condamné à 18 mois de prison, ou encore le fondateur de Dawu Group Sun Dawu, qui a été arrêté après avoir critiqué l'intervention de la police sur le réseau social Weibo...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.