Alstom va sortir des coentreprises créées avec GE dans l'énergie

Alstom va sortir des coentreprises créées avec GE dans l'énergie

Le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, lors d'une visite sur le site du groupe à Valenciennes dans le nord, le 29 septembre 2017

A lire aussi

AFP, publié le jeudi 14 décembre 2017 à 13h23

Le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, a confirmé jeudi que son groupe allait exercer ses options de vente et sortir de ses coentreprises avec l'américain General Electric (GE) dans l'énergie.

Ce désengagement d'Alstom, recentré sur les transports, intervient alors que GE connaît d'importantes difficultés dans sa branche énergie, dont les effectifs vont être réduits de 12.000 emplois, la France devant être préservée.

General Electric (GE) "en aura la propriété pleine et entière avec une nuance sur la partie nucléaire" qui doit faire l'objet de discussions, a précisé M. Poupart-Lafarge, qui était interrogé par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur les décisions de l'Etat en matière de politique industrielle. 

"On se désengage", a-t-il ajouté. 

Lors de l'accord conclu en octobre entre Alstom et Siemens, le groupe français avait déjà suggéré qu'il vendrait toutes les parts qu'il détenait encore dans ces trois coentreprises (énergies renouvelables, nucléaire et réseaux) créées avec General Electric au moment de leur mariage en 2014. Ces participations avaient alors été chiffrées à un total d'environ 2,5 milliards de dollars. 

Le produit de ces ventes doit notamment permettre de verser aux actionnaires un dividende extraordinaire à l'occasion de la prise de contrôle par Siemens d'Alstom, désormais recentré sur les transports.

"C'est vrai que les anciennes activités énergie d'Alstom n'ont pas leur place dans cette opération", a déclaré M. Poupart-Lafarge.

Alors qu'il est reproché à Alstom d'être un actionnaire "dormant" dans ces coentreprises, M. Poupart-Lafarge a assuré que "les règles ont été établies dès le départ sur le rôle d'Alstom dans les joint-venture", à savoir "être là pour vérifier un certain nombre de décisions stratégiques", et qu'"il n'y a pas eu matière à agir" pour le groupe français.

L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, interrogé mercredi par cette même commission, avait proposé "que le gouvernement se débrouille pour faire un accord de place avec l'ensemble des investisseurs pour racheter ces entreprises qui sont très profitables".

 
1 commentaire - Alstom va sortir des coentreprises créées avec GE dans l'énergie
  • avatar
    ajlbn -

    Services publics: nette amélioration de l'opinion des Français


    Statut : refusé

    Il y a une heure


    Nos gouvernants machiavéliques et leurs serviteurs dociles disent et répètent que les fonctionnaires sont des privilégiés et des fainéants, qu'ils sont trop nombreux! Certains finissent pas y croire, mais constatent bien vite qu'il s'agit de diviser pour régner, et que l'opposition entre salariés du privé et du public n'est qu'un moyen de semer la zizanie! Pendant ce temps, la caste des nantis et dominants peut s'occuper de ses petites affaires!
    S'ajoute le refrain sur le privé qui serait plus compétent pour gérer que le public! Ce qui est paradoxale c'est que ce discours est tenu par des patrons d'entreprises qui sont souvent sous contrat avec l'Etat, leur côté privé n'est pas évident, ils sont sous perfusion! De plus, ceux qui tiennent à ce dogme n'ont surement jamais mis les pieds dans un tribunal de commerce, ni consulté la liste des entreprises qui déposent le bilan dans leur coin. Question compétences, on peut douter. Mais naturellement, ceux qui ferment leur boîte vont accuser les taxes, les impôts, les autres, sans se remettre en question. C'est la mode "uber" tout le monde serait capable de faire n'importe quoi! C'est ça justement: du n'importe quoi!
    Il faut des services, des fonctionnaires, nous payons des impôts, pour un Etat bien maillé, et au service des populations, pas pour la caste des ultra riches, qui a "évadé" 300 milliards selon le Canard, en nous laissant payer à leur place.
    02- censuré -repassé
    La modération n'a aucun motif légitime et sérieux de rejeter mon commentaire qui respecte la charte, lui, n'est pas en majuscule, ne comprend pas d'insultes, de racisme, et qui est sottement factuel, mais hélas contraire à la mode qui trotte chez les tenants du dogme.
    Il sera repassé autant de fois que nécessaire, ici et ailleurs. Cordialement

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]