Amazon : aux Etats-Unis, des livreurs mis à la porte par un algorithme

Amazon : aux Etats-Unis, des livreurs mis à la porte par un algorithme
Amazon

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 29 juin 2021 à 15h21

'Bloomberg' a recueilli plusieurs témoignages de livreurs indépendants travaillant dans le cadre du programme baptisé "Amazon Flex, affirmant avoir été licenciés "sans causes réelles"...

'Bloomberg' a recueilli plusieurs témoignages de livreurs indépendants travaillant dans le cadre du programme baptisé "Amazon Flex, affirmant avoir été licenciés "sans causes réelles"...

Déjà reconnu coupable d'avoir gardé une partie des pourboires des livreurs indépendants travaillant dans le cadre du programme baptisé "Amazon Flex", le géant du e-commerce est désormais pointé du doigt pour son algorithme qui doit permettre de suivre les performances de ces travailleurs. Ce programme déciderait sans intervention humaine de renvoyer des livreurs, comme le révèle 'Bloomberg'.

Lancé en décembre 2015, le service "Amazon Flex", dont l'objectif est pour Amazon de réduire le fameux coût du "dernier kilomètre", permet à des particuliers d'être payés à l'heure de livraison. Ces livreurs indépendants, qui peuvent effectuer des livraisons avec leur propre véhicule, doivent se connecter à une application pour connaitre leurs points de livraisons.

Pour Amazon, qui emploie 4 millions de livreurs "Flex" à travers le monde, dont 2,9 millions aux Etats-Unis, ce système permet de pister les livreurs et d'enregistrer leur taux de productivité. Un algorithme se charge alors de leur attribuer une note, allant de "fantastique" à "risqué", et peut également congédier certains travailleurs par mail, sans l'approbation d'un supérieur (ou d'un humain).

Sans "causes réelles"

L'agence de presse américaine, qui a interrogé 15 livreurs, a recueilli quatre témoignages affirmant avoir été licenciés "sans causes réelles". Certains d'entre eux expliquent également que l'algorithme ne tient pas en compte des conditions réelles.

Une ancienne livreuse par exemple affirme avoir vu sa note chuter après avoir dû renvoyer des colis à l'entrepôt en raison d'un pneu crevé. Elle explique être parvenue à faire remontrer sa note au cours des semaines suivantes, mais son compte a été suspendu automatiquement pour violation des conditions générales d'utilisation...

Des anciens responsables d'Amazon, interrogés par 'Bloomberg, ont également confié qu'Amazon savait que "déléguer le travail à des machines entraînerait des erreurs", mais l'entreprise américaine a estimé qu'il était "moins coûteux de faire confiance aux algorithmes que de payer des personnes pour enquêter sur les licenciements erronés"...

Des témoignages anecdotiques selon Amazon

Selon la porte-parole d'Amazon Kate Kudrna, ces témoignages restent anecdotiques et ne reflètent pas l'expérience de la grande majorité des livreurs Flex. "Nous avons beaucoup investi dans la technologie et les ressources pour offrir aux conducteurs une visibilité sur leur statut et leur éligibilité à continuer à livrer", a-t-elle assuré..

En avril 2019, le média américain 'The Verge' avait déjà révélé qu'Amazon utilisait un dispositif automatique pour connaître le taux de productivité de ses employés, et licencier les moins performants.

Par ailleurs, en février dernier, Amazon avait été épinglé par la Commission fédérale du commerce (FTC) américaine. Reconnu coupable d'avoir gardé une partie des pourboires destinés aux livreurs indépendants du programme "Amazon Flex", le géant du commerce en ligne avait accepté de payer 61,7 millions de dollars (soit plus de 50 millions d'euros) pour mettre fin à des poursuites dans cette affaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.