Amazon, eBay, Wish... : deux tiers des articles vendus sur les marketplaces jugés dangereux

Amazon, eBay, Wish... : deux tiers des articles vendus sur les marketplaces jugés dangereux
Amazon

Boursier.com, publié le jeudi 27 février 2020 à 15h50

Selon une enquête menée par le Bureau européen des unions de consommateurs, 66% des articles achetés en ligne ne respectent pas la législation européenne en matière de sécurité.

Choc électrique, risque d'incendie, irritation cutanée, asphyxie... Faire ses courses en ligne peut s'avérer très dangereux, à en croire une récente étude du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC). Selon la fédération, qui regroupe 45 organisations nationales de consommateurs indépendantes, 66% des 250 produits achetés sur des sites tels qu'Amazon, eBay, Wish ou encore AliExpress ne respectent pas la législation européenne en matière de sécurité.

"Les marchés ne parviennent pas à empêcher l'apparition de produits dangereux sur leurs sites... Les groupes de consommateurs ont signalé à plusieurs reprises les produits dangereux, après quoi les marchés ont supprimé la liste. Mais cela ne peut pas devenir un modus operandi pour assurer la sécurité des consommateurs, car des produits similaires réapparaissent", explique la directrice générale du BEUC Monique Goyens, avant d'ajouter que "les achats en ligne ne sont pas aussi sûrs que dans le monde hors-ligne".

Plusieurs anomalies

Les articles qui ont été analysés vont des jouets aux appareils électriques, en passant par les cosmétiques. Plusieurs problèmes ont été relevés. Par exemple, sur sept détecteurs de fumée ou de monoxyde de carbone testés, la totalité n'était pas capable de détecter un niveau mortel de gaz. La BEUC a également repéré d'autres anomalies, tels que des jouets contenant des substances chimiques deux fois supérieures à la réglementation.

Les associations de consommateurs avertissent régulièrement les marketplaces sur la dangerosité de certains produits. En janvier dernier, l'UFC-Que Choisir avait notamment révélé, dans une enquête que la plupart des chargeurs de smartphones achetés sur des marketplaces étaient dangereux. Après avoir mené une série de tests, l'association de défense des consommateurs avait relevé des non-conformités en série : défaut de marquage obligatoire, absence d'instructions de sécurité, produits présentant de graves erreurs de conception.

Le BEUC appelle à réglementer les marchés en ligne

En décembre 2018, la Direction générale de la concurrence (DGCCRF) avait également publié une enquête sur les produits de Noël vendus en ligne. Sur 46 objets testés par la DGCCRF et vendus sur des plateformes en ligne comme Amazon, Cdiscount, eBay, Fnac.com ou encore Aliexpress, 75% étaient "non conformes" et 39 % représentaient un "danger pour les consommateurs".

"Il est temps que l'Union européenne rende les marchés en ligne responsables des produits dangereux vendus sur leurs sites, et que les autorités les placent sous un examen approfondi", a affirmé Monique Goyens, qui estime qu'il s'agirait du "moyen le plus efficace" pour "empêcher les consommateurs d'être exposés à des produits dangereux".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.