Amazon prolonge la fermeture de ses entrepôts français jusqu'au 5 mai

Amazon prolonge la fermeture de ses entrepôts français jusqu'au 5 mai
Amazon

Boursier.com, publié le mardi 28 avril 2020 à 10h48

Suite à une décision de justice, le géant américain avait d'abord prolongé la fermeture de ses centres de distribution jusqu'au 28 avril.

Les plans d'Amazon ont une nouvelle fois été contrariés par la justice française et la crise du coronavirus. Le géant américain de la logistique a en effet annoncé qu'il prolongeait jusqu'au 5 mai la suspension de l'activité de ses centres de distribution en France pour ne pas risquer d'amende, après une décision de justice qui lui impose d'évaluer les risques liés à la pandémie de Covid-19.

"Il sera demandé aux collaborateurs d'Amazon de rester chez eux jusqu'au 5 mai inclus - ils percevront leur plein salaire", a précisé dans un communiqué le groupe dont les entrepôts tournaient à plein depuis la mise en oeuvre du confinement le 17 mars.

Pour rappel, les centres de distribution d'Amazon sont fermés depuis le 16 avril, alors que la cour d'appel de Versailles a donné raison aux syndicats, qui réclamaient une réelle évaluation des risques liés au nouveau coronavirus, venant ainsi confirmer une décision du tribunal de Nanterre.

"Nos centres de distribution en France et partout dans le monde sont sûrs"

Amazon France, qui avait fait l'objet de six mises en demeure de l'inspection du travail, s'est ainsi vu imposer une restriction d'activité. De son côté, le groupe assure que les "centres de distribution en France et partout dans le monde sont sûrs". La décision judiciaire "nous conforte dans l'idée que l'enjeu principal n'est pas tant la sécurité, que la volonté de certaines organisations syndicales de tirer parti d'un processus de consultation complexe avec les comités sociaux et économiques", a-t-il ajouté.

Nos clients peuvent toujours commander plusieurs millions de produits auprès des entreprises indépendantes qui vendent sur Amazon et au travers de notre réseau logistique mondial.
- AmazonNewsFR (@AmazonNewsFR)

"Un taux infime de traitement accidentel de produits non autorisés, de l'ordre de 0,1%, pourrait entraîner une pénalité de plus d'un milliard d'euros par semaine", a rappelé le géant du commerce en ligne. La restriction durera tant que l'entreprise n'aura pas réalisé un nouvel audit des conditions de travail sur ses installations et mis en place de nouvelles mesures pour la protection des salariés.

Liste des produits autorisés élargie

D'abord limitée aux marchandises essentielles, la liste des produits qu'Amazon peut livrer dans l'attente de cette évaluation a été élargie par la cour d'appel, qui a fixé une astreinte de 100.000 euros par infraction. Le groupe doit désormais s'en tenir aux produits high-tech, informatique, bureau et "tout pour les animaux", santé et soins du corps, homme, nutrition, parapharmacie, ainsi qu'à l'épicerie, boissons et entretien.

"Nos clients peuvent toujours commander plusieurs millions de produits auprès des entreprises indépendantes qui vendent sur Amazon et au travers de notre réseau logistique mondial", a précisé l'entreprise sur son compte Twitter.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.