Amazon va interdire certains sites aux Australiens pour contourner de nouvelles taxes

Amazon va interdire certains sites aux Australiens pour contourner de nouvelles taxes
Amazon a annoncé que les clients australiens voulant acheter sur ses plateformes internationales seront redirigés vers son site australien, qui propose beaucoup moins de produits

AFP, publié le jeudi 31 mai 2018 à 10h44

Le géant américain de l'internet Amazon a annoncé jeudi qu'il allait empêcher les Australiens d'utiliser ses sites internationaux, et ce pour contourner de nouvelles règles fiscales australiennes sur le commerce en ligne.

L'Australie a voté une loi imposant aux groupes de vente en ligne comme Amazon de prélever à compter du 1er juillet une taxe de 10% sur les produits et les services (TPS) sur tous les produits achetés sur des sites étrangers.

La TPS ne s'appliquait jusqu'alors qu'aux commandes de plus de 1.000 dollars australiens (648 euros).

Amazon a annoncé en réponse que les clients australiens voulant acheter sur ses plateformes internationales seront redirigés vers son site australien, qui propose beaucoup moins de produits.

Certains médias affirment qu'Amazon rechigne face au casse-tête administratif d'une application sélective de la taxe.

"Nous regrettons la gêne occasionnée pour les consommateurs, mais nous devons étudier l'applicabilité de la législation, en tant que groupe mondial comptant de multiples sites internationaux", a déclaré jeudi Amazon dans un communiqué.

Le groupe affirme qu'il compensera ce blocage en ouvrant pour les Australiens un "magasin mondial", doté de quatre millions d'articles supplémentaires qui n'étaient jusqu'alors pas disponibles sur le site australien.

"Cela nous permettra de continuer à assurer que nos clients aient accès à la sélection internationale et de respecter la loi", a-t-il dit.

Malgré cette augmentation de l'offre en Australie, celle-ci demeurera largement inférieure à la quantité d'articles disponibles sur les sites internationaux.

La suppression du plafond de la TPS, surnommée "taxe Amazon", a été votée après des années de lobbying des groupes australiens de distribution, qui pointaient une concurrence déloyale car ils doivent appliquer la TPS sur toutes leurs ventes.

Amazon n'a débarqué qu'en décembre en Australie avec un dépôt à Melbourne, suscitant les craintes du secteur de la vente au détail, un marché déjà poussif en raison de la frilosité des consommateurs et de la faiblesse de la croissance des salaires.

A en croire Morgan Stanley, Amazon réalisait auparavant un chiffre d'affaires d'un milliard de dollars australiens (648 millions d'euros) au travers de sites internet étrangers.

Le secrétaire australien au Trésor Scott Morrison a estimé que les nouvelles règles permettaient d'assurer "des conditions équitables avec les entreprises australiennes".

"Le gouvernement n'a pas à s'excuser de s'assurer que les multinationales paient un juste niveau de taxes ici en Australie", a-t-il dit.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.