Appel à la grève des fonctionnaires le 9 mai

Appel à la grève des fonctionnaires le 9 mai
service public fonctionnaire manifestation

Boursier.com, publié le mercredi 20 mars 2019 à 15h00

Les syndicats protestent notamment contre le gel de la valeur du point d'indice et les 120.000 nouvelles suppressions d'emplois envisagées.

L'objectif est de dénoncer la réforme de la Fonction publique et de réclamer une hausse de leur pouvoir d'achat. Sept syndicats ont appelé jeudi les fonctionnaires à se mettre en grève le mardi 9 mai. "Depuis de nombreux mois, en dépit de leurs revendications et propositions, (ces organisations) constatent que le pouvoir exécutif poursuit une politique néfaste pour la population, pour les missions publiques et pour les agents", écrivent la CFTC, CFE-CGC, CGT, FAFP, FSU, Solidaires et UNSA.

Les syndicats ajoutent ne pas accepter "le gel de la valeur du point d'indice et les pertes considérables de pouvoir d'achat, le rétablissement du jour de carence et les 120.000 nouvelles suppressions d'emplois envisagées", d'ici la fin du quinquennat.

Après avoir voté vendredi à l'unanimité contre le projet de transformation de la Fonction publique, ils "réaffirment leur volonté de mettre en oeuvre un processus de mobilisation inscrit dans la durée pour exiger du gouvernement qu'il retire ce projet de loi et qu'il ouvre enfin des négociations sur de nouvelles bases".

Une "étape forte"

Les syndicats appellent les agents à faire du "9 mai une étape forte de ce processus par une journée d'action et de grève", et organiseront des rassemblements le 27 mars, date de présentation du projet au conseil des ministres.

La réforme de la Fonction publique prévoit un recours accru aux contractuels, la simplification des instances de représentation du personnel et prépare les conditions de mobilité des agents dont les postes seraient supprimés.

La CFDT et FO pas signataires

La CFDT et FO ne sont pas signataires du communiqué, mais cela ne signifie pas qu'elles ne s'associent pas au mouvement, estime la secrétaire général de la FSU, Bernadette Groison.

"Je pense qu'on peut se retrouver largement, quand je vois qu'au conseil commun toutes les fédérations votent contre le projet de loi. Je pense qu'après, chacun a ses temps de discussion interne, a ses prises de décision", a-t-elle déclaré mardi à Reuters.

Ces organisations doivent tenir des réunions d'instance et "arrêteront dans ce cadre leur position quant à ce processus d'action", précise le communiqué. De nombreux fonctionnaires avaient pris part à la manifestation interprofessionnelle de la CGT et de FO mardi pour réclamer un changement de la politique sociale d'Emmanuel Macron.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.