Apple chute à Wall Street après ses prévisions de baisse des ventes à cause du coronavirus

Apple chute à Wall Street après ses prévisions de baisse des ventes à cause du coronavirus
Apple, affecté par des prévisions de vente en baisse ce trimestre à cause du coronavirus, perdait environ 3% mardi en début de séance à la Bourse new-yorkaise

AFP, publié le mardi 18 février 2020 à 16h21

Apple, affecté par des prévisions de vente en baisse ce trimestre à cause du coronavirus, perdait environ 3% mardi en début de séance à la Bourse new-yorkaise.

Le géant californien a émis lundi un avertissement sur résultat selon lequel il ne tiendrait pas ses objectifs de ventes en raison de l'épidémie de coronavirus apparue en Chine, où la marque compte de nombreuses usines de production et réalise une partie importante de son chiffre d'affaires.

Apple a évoqué à la fois des difficultés d'approvisionnement en iPhones fabriqués en Chine, et une demande en berne pour ses produits du fait de la fermeture temporairement de ses magasins dans le pays.

"Le travail commence à reprendre mais le retour aux conditions normales prend plus de temps que nous n'avions anticipé", a détaillé le groupe, évoquant une "pénurie d'iPhones qui va temporairement affecter nos revenus dans le monde".

L'entreprise avait déjà averti fin janvier, lors de la publication de ses résultats trimestriels, que l'épidémie de pneumonie virale entraînait des incertitudes.

Le groupe avait alors donné une fourchette de prévision de chiffre d'affaires pour son deuxième trimestre plus large que d'habitude, entre 63 et 67 milliards de dollars.

La marque à la pomme n'envisage plus d'atteindre cet objectif initial.

"La durée de l'impact de la maladie Covid-19 est inconnue mais nous pensons que les opérations d'Apple vont finir par retourner à la normale en Chine et que l'entreprise va retrouver un rythme de croissance de son chiffre d'affaires de 5% ou plus", ont estimé mardi les analystes de Loup Ventures dans une note.

Apple a rejoint une longue liste d'entreprises contraintes de modifier leurs prévisions à cause de la maladie Covid-19. Des groupes dans l'industrie du luxe (Kering, Burberry), des constructeurs automobiles (Toyota, Volkswagen, Tesla, Renault) ou encore des géants comme Disney, qui compte des parcs d'attraction à Shanghai et Hong Kong, font partie des entreprises qui ont dit se préparer à subir un impact économique du fait de l'épidémie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.