Après Aigle Azur, XL Airways en péril

Après Aigle Azur, XL Airways en péril©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 20 septembre 2019 à 10h18

La compagnie aérienne française XL Airways a annoncé jeudi qu'elle cessait de vendre des billets, et qu'elle se déclarait en cessation de paiement...

Une nouvelle compagnie aérienne française se retrouve en grande difficulté financière ! Après Aigle Azur, c'est au tour de XL Airways d'annoncer qu'elle se déclare en cessation de paiements et qu'elle arrête ses ventes de billets...

La direction de la compagnie a "pris la décision de déclarer l'entreprise en cessation de paiements et d'enclencher une procédure de redressement judiciaire", a précise la compagnie dans un communiqué publié jeudi soir sur son site internet.

Les vols du week-end sont maintenus, mais certains pourraient être annulés à partir du 23 septembre, précise le communiqué. Les passagers sont invités à "vérifier le statut de leurs vols, notamment les passagers effectuant un vol retour après cette date", ajoute la compagnie...

Echec dans la recherche d'un repreneur

XL Airways cherchait depuis plus d'un an des repreneurs pour tenter de trouver une solution à ses problèmes financiers. Mais "ces négociations n'ont pas abouti et la compagnie doit aujourd'hui se placer sous la protection du Tribunal de Commerce de Bobigny", a-t-elle précisé.

En réaction, le syndicat Force Ouvrière d'Air France a dénoncé sur Twitter le "poids des taxes" qui sont en train de "couler l'industrie du transport aérien français".

XL Airways, qui emploie 600 personnes, est spécialisée dans les vols entre la France métropolitaine et les Caraïbes, La Réunion, les Etats-Unis et le bassin méditerranéen. Elle proposait des vols au départ de 5 villes de France : Paris, Bordeaux, Lyon, Nantes et Toulouse, et desservait Cuba, la Guadeloupe, la Martinique, La Réunion, le Mexique, la République dominicaine, ainsi qu'aux Etats-Unis New York, Miami, San Francisco et Los Angeles.

Air France et le groupe Dubreuil renoncent à Aigle Azur

Par ailleurs, Aigle Azur, placé en liquidation judiciaire depuis lundi, continue de se battre pour sa survie. Mais Air France et le groupe Dubreuil, propriétaire d'Air Caraïbes, ont finalement annoncé qu'ils renonçaient à leur offre de reprise. Les personnels d'Aigle Azur espéraient beaucoup que les deux groupes s'entendraient, mais dans des communiqués, ils ont fait savoir jeudi qu'ils n'étaient pas parvenus à trouver une solution globale.

Le groupe Dubreuil a cité "des problématiques nouvelles liées notamment au passif social de l'entreprise" ajoutant que "les montants en jeu et les risques sociaux associés à la reprise des salariés ne nous permettent plus d'envisager un plan de reprise raisonnable et économiquement viable".

Un autre repreneur potentiel, Easyjet, a fait savoir qu'il se retirait lui aussi du processus de reprise d'actifs d'Aigle Azur.

Quatre candidats, dont Vueling, encore en lice

A la date limite de mercredi minuit, ce sont finalement quatre offres de reprise qui ont été déposées pour Aigle Azur, dont une par la compagnie espagnole à bas coût Vueling (filiale du groupe IAG), qui ne propose de reprendre qu'un seul appareil. Une autre offre a été déposée par un ancien actionnaire d'Aigle Azur, Gérard Hua, qui avait tenté de prendre les commandes du groupe en début de mois avant d'être écarté.

La troisième émane de l'ancien patron de Hop!, filiale d'Air France, Lionel Guérin. Cette dernière offre repose en partie sur l'obtention d'un prêt de l'Etat de 15 millions d'euros, selon une source à 'franceinfo'. Le dernier repreneur potentiel est Fernand Danan, ancien pilote AOM, selon les informations recueillies par 'France Culture'. Mais cette offre déposée n'aurait "pas de fondements sérieux", selon une source gouvernementale...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.