Après un beau millésime 2017, de grosses IPO sont attendues en Europe en 2018

Après un beau millésime 2017, de grosses IPO sont attendues en Europe en 2018
Zürich

Boursier.com, publié le jeudi 21 décembre 2017 à 12h02

2018 s'annonce comme un excellent millésime pour les introductions en bourse en Europe, après une production 2017 qui n'a pas démérité. Selon les données compilées par Bloomberg, les entreprises ont levé (au 19 décembre) environ 55 milliards de dollars via des introductions en bourse depuis le début de l'année contre 37 Mds$ il y a un an à la même époque. De quoi placer l'Europe en deuxième position, derrière la zone Asie, mais devant les Etats-Unis.

"Nous prévoyons que l'activité IPO 2018 dépassera celle de 2017 et sera plus diversifiée en termes de géographie, de secteurs, et d'origines des activités", explique à Bloomberg, Achintya Mangla, responsable des marchés actions pour la région EMEA chez JPMorgan Chase & Co. "Un environnement de marché très constructif aide à construire un pipeline très solide".

Des grosses opérations attendues un peu partout

Plusieurs grosses opérations sont ainsi attendues l'année prochaine sur le Vieux Continent. On peut notamment citer le nom d'Ayden. Cette fintech néerlandaise, soutenue par des investisseurs de renom tels que Mark Zuckerberg et Jack Dorsey, était valorisée plus de 2 milliards de dollars lors de sa dernière levée de fonds.

Mondialement connue pour son logiciel antivirus, Avast Software pourrait être mise sur le marché par CVC Capital Partners, qui détient le groupe tchèque depuis 2014. Une opération qui s'était à l'époque réalisée sur la base d'une valeur d'entreprise de 1 Md$.

Retour de l'ancien Dexia Banque Belgique

Un autre nom bien connu devrait faire son retour dans les salles de marché dans les prochains mois, à savoir Dexia Banque Belgique. L'Etat belge devrait céder au moins 20% du capital de l'ancien Crédit Communal de Belgique, désormais appelé Belfius, dans le cadre d'une opération qui pourrait valoriser la troisième banque belge près de 8 MdsE.

Francfort va accueillir les plus belles IPO

Autre grosse opération attendue dans le secteur bancaire, l'IPO de l'activité de gestion d'actifs de la Deutsche Bank. La première banque allemande devrait mettre sur le marché une part minoritaire de DWS qui pourrait être valorisée environ 8 MdsE.

Toujours en Allemagne, l'introduction en bourse de la branche d'équipements médicaux de Siemens devrait faire couler beaucoup d'encre. Il pourrait en effet s'agir de la plus importante IPO en Allemagne depuis celle de Deutsche Telekom en 1996 dans la mesure où "Healthineers" pourrait être valorisé près de 40 milliards d'euros. Le conseil de surveillance du conglomérat a déjà choisi la place de Francfort comme lieu de cotation pour sa filiale. Le groupe devrait introduire entre 15 et 25% de Healthineers, qui fabrique notamment des appareils à rayons X.

Une autre importante IPO devrait se dérouler de l'autre côté du Rhin dans les prochains mois puisque Knorr-Bremse devrait être coté à Francfort. L'entreprise allemande, spécialisée dans les systèmes de frein à air comprimé pour véhicules routiers lourds et ferroviaires, pourrait être valorisée au moins 15 MdsE.

Des IPO également attendues à Amsterdam et Paris

A Londres, Blackstone Group pourrait introduire GEMS Education, une entreprise d'éducation internationale, dans le cadre d'une opération de 4 Mds$. A moindre échelle, Carlyle Group réfléchirait à la mise sur le marché du groupe néerlandais de lingerie et de maillots de bain, Hunkemoeller. Toujours à Amsterdam, le grossiste néerlandais de biens de consommation, B&S, pourrait être valorisé près de 2 MdsE lors de son entrée en bourse.

Enfin, à Paris, la société de capital-investissement Bain Capital devrait introduire Autodis. Une IPO qui pourrait valoriser le distributeur de pièces automobiles plus d'un milliard d'euros. Apollo pourrait également se décider à introduire Verallia, spécialiste de l'emballage.

Une liste loin d'être exhaustive.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU