Après une année 2017 florissante, la Bourse de Paris va scruter les banques centrales

Après une année 2017 florissante, la Bourse de Paris va scruter les banques centrales

Malgré un début d'année marqué par le spectre du risque politique, l'indice parisien aura bénéficié en 2017 de conjonctures, qui fait dire à certains que 2018 pourra difficilement faire mieux

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 22 décembre 2017 à 19h10

Malgré un début d'année marqué par le spectre du risque politique et un petit coup de mou estival, l'indice parisien aura bénéficié cette année d'un alignement des planètes, qui fait dire à certains que 2018 pourra difficilement faire mieux.

"2017 a été un très bon cru avec une tendance plutôt à la stabilité et au calme", loin de ce que les investisseurs avaient planifié au départ, résume auprès de l'AFP Pascale Seivy, responsable du conseil en investissement chez Pictet en France.

Risque politique neutralisé, indicateurs économiques au beau fixe, accélération de l'expansion bénéficiaire des sociétés: qui aurait pu prévoir que la Bourse de Paris serait placée sous de si bons auspices en 2017?

"Une des grosses surprises de l'année est la baisse de la volatilité qui aura été spectaculaire", renchérit Armel Coville, gérant chez Oddo BHF asset management.

Au 21 décembre à la clôture, le CAC 40 pouvait se targuer d'une progression sur l'année de 11,1%, à 5.385,97 points, contre des gains d'environ 7,50% en 2016. 

Surtout, observe Mme Seivy, l'année aura été marquée par une convergence de la croissance aussi bien dans les pays émergents, la zone euro que les Etats-Unis, permettant une reprise du commerce mondial.

Et pourtant, ce beau parcours boursier était loin d'être acquis début 2017, alors que planait sur le premier trimestre l'ombre d'une série d'élections européennes à risque, d'abord aux Pays-Bas puis en France.

La plus grosse crainte des investisseurs était de voir s'affronter au second tour de la présidentielle française Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, les deux candidats des extrêmes.

Mais "il a suffi qu'Emmanuel Macron soit au premier tour pour que le risque politique global en zone euro soit levé", le CAC 40 ayant enregistré dans la foulée un bond de 4%, rappelle Mme Seivy.

"Cela a constitué un soulagement et permis aux flux de liquidités bloqués à la porte de l'Europe depuis début mars de commencer à revenir de manière assez massive", poursuit-elle.

Et le lendemain de l'élection constitue même "pratiquement le point haut du marché français" pour 2017, précise M. Coville, le CAC 40 ayant ouvert à 5.442,10 points le 8 mai, son plus haut niveau depuis janvier 2008.

Après les élections législatives néerlandaises et la présidentielle française, le référendum en Catalogne et le scrutin allemand ont au total moins inquiété les investisseurs, qui n'y voyaient pas de risque systémique pour la zone euro.

- "Réveil macroéconomique de la zone euro" -

Le marché a alors pu se recentrer sur des fondamentaux solides, malgré une petite baisse de régime estivale qui a vu l'indice parisien, entre début mai et fin août, revenir aux niveaux précédant le premier tour de la présidentielle.

En cause, selon M. Coville, "un certain nombre d'incertitudes sur les Etats-Unis et notamment sur la capacité de Donald Trump à faire passer les réformes pour lesquelles il avait été élu". Le tout accompagné d'une revalorisation nette de l'euro, sans oublier le risque géopolitique nord-coréen.

Mais dès la fin août "le marché est reparti à la hausse avec un flux de bonnes nouvelles économiques, en particulier une nouvelle vague de révisions à la hausse des perspectives de croissance mondiales et européennes et un climat global favorable sur fond d'indices américains battant records sur records", indique Jean-Louis Mourier, un économiste du courtier Aurel BGC.

Et ce "réveil macroéconomique de la zone euro" en 2017, pour Mme Seivy, s'est aussi traduit dans les résultats des entreprises, en particulier au troisième trimestre.

"Nous avons commencé l'année avec des perspectives assez agressives et des niveaux à deux chiffres tant en Europe qu'aux Etats-Unis pour la croissance des bénéfices par action. Pour une fois, cela s'est confirmé, il n'y a pas eu de révision à la baisse pendant l'année", commente-t-elle.

Mais si 2017 finit en beauté avec l'adoption de la réforme fiscale américaine, un nouveau scénario "boucle d'or" est-il tenable en 2018?

De l'avis de la plupart des analystes, le plus gros risque pourrait venir d'une normalisation mal négociée des banques centrales.

"L'environnement devrait rester plutôt favorable pour les prochains mois concernant la croissance économique, et ce sur la plupart des zones", estime M. Coville.

Mais dans ces conditions, les banques centrales auront "de moins en moins de raisons de maintenir les politiques monétaires accommodantes des dernières années", poursuit-il.

Or, si le resserrement monétaire se fait pour l'instant de façon modérée, "il va falloir observer comment les marchés tiennent sans la perfusion" alors que l'afflux de liquidités va diminuer progressivement, conclut Mme Seivy.

 
7 commentaires - Après une année 2017 florissante, la Bourse de Paris va scruter les banques centrales
  • avatar
    pigeonxxl38 -

    en cette soirée biblique du 25 décembre un sermon devant l'assemblée des fidèles recueillis sur le coup de minuit "Seigneur Jésus délivre nous du mal ainsi que de cette plaie baptisée ultra libérale de Mafiosi , il opère en distribuant non pas de l'eau bénite a tous les moments sur le site mais en claironnant qu'avec ses actions c'est la miraculeuse réception des petits pains , mais il n'est absolument pas dangereux pour un rond , sa secte satanique ici sur le site ne doit pas se composer plus que les doigts d'une seule main , bien différemment il en va pour ces 3 banques diaboliques intimement associées : celles recensant le plus grand nombre d'entubés et composant le groupe B.P.C.E. renforcé par la banque d'affaire Natixis , de vrais Dangers publics avec la bienveillance voire la complicité des pouvoirs publics , en vérité je vous le dit parole de hautement pigeonné par le biais de la première daube bancaire citée chers fidèles avec ça vous êtes bien banqués !

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    de la censure, encore de la censure, toujours de la censure sur le Forum Orange.
    Et bien puisque sur la rubrique Finance, un bug est là ...... moi aussi
    référence à l'article : La France fait ses adieux aux cabines téléphoniques
    Statut : refusé Il y a 35 minutes le 24 12 2017 à 11 14


    M. Hamon qui semble avoir su démontrer son goût prononcé pour les vieilles reliques, les totems idéologiques devrait se porter acquéreur d'une cabine à téléphoner, un peu spacieuse, de façon à adapter la taille des bureaux nécessaires au PS suite à la vente de Solférino. Acte de bravoure qui restera accroché à M. Hamon et ses actes téléphonés et si semblables à ceux du "22 à Asmières" comme peuvent l'être des vieilles casseroles et des vieux poêlons ne servant plus que des soupes bien rances.

    Les lignes fixes comme des chaînes accrochées aux pattes des citoyens, c'est fini en nos jours décents, on est passé dans le monde moderne , le TSS , Tout Sauf Socialiste, même un panda peut le comprendre, c'est pour vous dire !

  • avatar
    pigeonxxl38 -

    "non...rien de rien non ont ne regrettent rien ... tout le mal qu'ont vous a fait dites-vous bien... ont s'en tape royalement ont s'en fout complètement" tapez les folles rémunérations des dirigeants de la caisse d'épargne - télécharger en P.D.F. enquête en partie censurée sur les caisses d'épargne - (Médiapart)

  • avatar
    pigeonxxl38 -

    il y a "les petites voleuses" , par la Bourse et les actions fourguées a tout moment il y a 3 banques ultra dangereuses : les 3 pourritures associées caisse d'épargne banques populaires banque d'affaire natixis , en 2006 les 2 premières s'étaient pacsées elles avaient "fait" un bébé toute seules : la banque d'affaire natixis qui suite a une aventure financière avec le rachat de C.I.F.G. en paumant 1 milliard et demi d'euros aurait pu mettre tout le cirque par terre , a rajouter aussi a la facture les 751 millions d'euros de paumés par la "caisse d'épargne" suite a l'aventure d'un trader , une bataille des chefs en 2006 avait fait rage elle avait opposée le Milhaud au Dupont ! d'un autre coté ce n'était pas les délicates chocolateries signées Ferrero Rocher celui la il avait fait juste 3 années au directoire , tapez natixis et les 2 800000 pigeons , confession d'un banquier pourri Crésus - Social science , avec ça on comprend un peu mieux ou on avait posé les pieds !

  • avatar
    ajlbn -

    Le slogan c'est bien "mains propres et tête haute"? Bon, il semblerait que ce soit en réalité une publicité mensongère! De la réclame, comme on disait jadis! De l'enfumage...Le vernis craque, et le vrai visage paraît...

    supprimer commenter



    Statut : refusé

    Il y a 51 minutes


    Super, j'ai réveillée la cellule dormante des réponses formatées de la droite extrême et/ou de l'extrême droite! Le fn a un chapelet d'affaires, en cours ou jugées, mais c'est toujours la faute des autres. Tiens, petit rappel: A Mitry-Mory 77, en 2016, le responsable local du fn, à l'époque, avec ses petits camarades de jeu, avait mis le feu à des voitures, entre autres forfaits, pour accuser la Mairie communiste de laxisme! Condamnés en septembre 2016. Surement de l'acharnement! On peut rappeler aussi l'avocat proche du fn qui avait menacé de mort, à Melun le bâtonnier, puis s'est suicidé dans le bureau dudit bâtonnier. Et si on évoquait le marchand d'armes des Hauts de France, proche de la mouvance d'extrême droite, qui recyclait des armes neutralisées pour les remettre dans le commerce clandestin! Certaines de ses armes se seraient retrouvées dans les mains des terroristes dont je ne donnerai pas le nom! C'est du factuel...
    Pour revenir sur la forme, et en attente du passage de la Justice, relisez mon avis: j'ai écrit "il semblerait" et non "il est prouvé..". Vous voyez, je respecte la présomption d'innocence.
    02- << Comme c'est curieux, alors que mon propos est factuel, et rappelle des faits que certains voudraient voir sous le tapis, et que je réponds à des commentaires peu courtois, sans parler des propos haineux proférés à l'endroit de FI et dans les récents articles, contre M Hulot, (lisez les avis...édifiants), toutes choses qui passent sans problème, je suis censuré. Certain de mon bon droit, et n'en déplaise aux soutiens des châtelains Le Pen, je repasse autant de fois que nécessaire. Cordialement!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]