Aramco: le bénéfice net annuel chute lourdement plombé par les prix du pétrole

Aramco: le bénéfice net annuel chute lourdement plombé par les prix du pétrole
Un panneau publicitaire de la compagnie Aramco dans les rues de Ryad, le 11 novembre 2019

AFP, publié le dimanche 21 mars 2021 à 09h04

Le géant de l'énergie Saudi Aramco a annoncé dimanche un bénéfice net de 41 milliards d'euros 2020, en baisse de 44,4% comparé à l'année précédente, en raison de la baisse des prix du pétrole brut, alors que la pandémie a pesé sur la demande mondiale.

Le géant de l'énergie Saudi Aramco a annoncé dimanche un bénéfice net de 41 milliards d'euros 2020, en baisse de 44,4% comparé à l'année précédente, en raison de la baisse des prix du pétrole brut, alors que la pandémie a pesé sur la demande mondiale.

"Aramco a réalisé un bénéfice net de 49 milliards de dollars (41 milliards d'euros) en 2020", contre 88,2 milliards de dollars (73,8 milliards d'euros) l'année précédente, a indiqué la société saoudienne dans un communiqué.

L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole brut, a été frappée l'an dernier par la faiblesse des cours et les fortes réductions de la production.

"La société a fait preuve d'une forte résilience financière dans l'une des périodes les plus difficiles pour l'industrie", indique le communiqué d'Aramco.

"Les recettes ont été affectées par la baisse des prix du pétrole brut et des volumes vendus, ainsi que par la réduction des marges sur le raffinage et les produits chimiques", précise la société.

Ces dernières semaines, les prix du brut ont augmenté pour dépasser les 60 dollars le baril.

Cependant, des analystes estiment que le géant saoudien se prépare à une éventuelle nouvelle vague de contaminations au coronavirus qui pourrait compromettre la timide reprise économique mondiale et éroder davantage la demande mondiale de pétrole brut.

Aramco, considéré comme la vache à lait de l'Arabie saoudite, a révélé des baisses consécutives de ses bénéfices depuis que la société a commencé à divulguer ses résultats en 2019.

Cette situation a fait peser une pression sur les finances publiques alors que Ryad poursuit d'ambitieux projets de plusieurs milliards de dollars pour diversifier l'économie dépendante du pétrole. La société a réduit ses dépenses d'investissement et supprimé des centaines d'emplois, alors qu'elle cherche à réduire ses coûts, a rapporté Bloomberg News en juin dernier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.