Areva et Siemens parviennent à un accord avec TVO pour OL3 en Finlande

Areva et Siemens parviennent à un accord avec TVO pour OL3 en Finlande©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 12 mars 2018 à 07h04

Areva SA et Siemens, membres du consortium en charge de la construction de la centrale nucléaire d'Olkiluoto 3 (OL3) en Finlande, ont signé avec TVO un accord de règlement global. Cet accord permet de régler tous les litiges qui les opposaient et met au point un nouveau mode de coopération pour achever le Projet OL3.

Ce règlement global d'un projet notoirement difficile marque un jalon essentiel dans la restructuration de l'industrie nucléaire française. Il offre un environnement optimal pour permettre au consortium Areva SA-Siemens de conclure le projet OL3. Nous sommes satisfaits de cet accord qui permet de réduire très sensiblement les risques de la phase finale du projet pour toutes les parties concernées, estime Philippe Varin, Président du Conseil d'Administration d'Areva SA.

Un accord à 450 ME

Le Projet OL3 a connu des retards et des dépassements de coûts importants, et les litiges correspondants avaient conduit le consortium et son client à déclencher une procédure d'arbitrage auprès de la Chambre de commerce internationale de Londres. Le règlement actuel met un terme à l'arbitrage et à toutes les réclamations antérieures, tout en maintenant les termes essentiels du contrat d'origine.

Le consortium paiera une somme forfaitaire de 450 millions d'euros en compensation de sa responsabilité dans les retards subis par TVO dans la réalisation du projet. Il garantit également la mise à disposition des ressources humaines et financières nécessaires à l'achèvement du projet.

Ressources mobilisées
Toutes les Parties avaient la volonté de trouver un règlement alternatif à l'arbitrage. Ce règlement nous permettra de remobiliser toutes nos ressources et notre énergie en vue de l'achèvement de ce nouvel EPR. Dans moins de 18 mois, OL3 fournira 1.650 MW au réseau électrique finlandais, avec les normes de sûreté nucléaires les plus élevées et zéro émission de CO2. La centrale est conçue pour une durée de vie opérationnelle de soixante ans, commente Philippe Soulié, directeur général d'Areva SA.

Les parties prévoient le 'closing' de la transaction avant fin mars, lorsque les dernières conditions auront été satisfaites...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Areva et Siemens parviennent à un accord avec TVO pour OL3 en Finlande
  • avatar
    VSTN -

    Areva vient de mettre fin à un long bras de fer sur le chantier du réacteur EPR (European Pressurized Reactor, réacteur de troisième génération) finlandais. Le groupe nucléaire tricolore va verser 450 millions d'euros à l'électricien local TVO pour régler leur litige concernant ce chantier colossal, qui a accumulé dix ans de retard du fait de malfaçons en séries et de soupçons sur la sécurité et faisait l'objet d'une procédure d'arbitrage. Initialement prévue pour 2009, la livraison de cet EPR par le groupe français et son partenaire allemand Siemens à Olkiluoto (Sud-Ouest de la Finlande), est désormais programmée pour mai 2019, alors que le chantier avait débuté en... 2005.

    Areva et son client TVO s'imputaient mutuellement d’importants retards et surcoûts, et avaient porté leur différend devant un tribunal d'arbitrage de la Chambre de commerce internationale (ICC) à Londres. TVO réclamait 2,6 milliards d'euros de dédommagements. L'accord entre les deux parties "permet de régler tous les litiges qui les opposaient, met au point un nouveau mode de coopération pour achever le projet", et met "un terme à l'arbitrage et à toutes les réclamations antérieures, tout en maintenant les termes essentiels du contrat d'origine", selon le communiqué d'Areva. Reste que la facture globale associée au chantier de l’EPR finlandais, à l’époque défendu bec et ongles par Anne Lauvergeon, la très décriée ex-n°1 du groupe, est particulièrement salée… y compris pour le contribuable. En effet, alors que le chantier devait initialement coûter 3 milliards d’euros, la note finale atteint plus de 8 milliards.