AstraZeneca : dans les Bouches-du-Rhône, les pompiers suspendent la vaccination

AstraZeneca : dans les Bouches-du-Rhône, les pompiers suspendent la vaccination
Vaccin Astrazeneca, dose

Orange avec Boursier.com, publié le lundi 15 mars 2021 à 14h06

Un pompier a été hospitalisé pour une arythmie cardiaque après avoir reçu une première dose du vaccin produit par le laboratoire britannique.

Un pompier a été hospitalisé pour une arythmie cardiaque après avoir reçu une première dose du vaccin produit par le laboratoire britannique.

Nouveau couac dans la vaccination en France... Les pompiers des Bouches-du-Rhône ont suspendu ce lundi les injections de vaccins AstraZeneca sur leur personnel, révèle 'BFMTV', qui cite l''AFP', confirmant une information de 'La Provence'.

Le patron du Sdis 13, le colonel Gregory Allione, a en effet indiqué au quotidien ce week-end avoir "décidé de suspendre jusqu'à nouvel ordre" toute injection du vaccin AstraZeneca sur ses propres hommes suite à la déclaration "d'effets indésirables" de ce vaccin sur un pompier.

"Nous avons été confronté, sur un pompier du centre de secours d'Arles, à une sérieuse réaction d'arythmie cardiaque, 48h après la première injection au AstraZeneca", a détaillé le président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France. Il a été "transporté au centre hospitalier d'Arles, et auprès du centre de pharmacovigilance", a-t-il ajouté.

Poursuivre la campagne avec d'autres vaccins

"C'est la première fois que nous remonte une telle réaction. Mais je suis responsable de la sécurité et de la santé de mes hommes, c'est pourquoi j'ai décidé de suspendre l'utilisation de ce vaccin en attendant que des vérifications soient faites sur le dossier médical de ce pompier", a poursuivi le colonel Gregory Allione.

"Nous allons rechercher des solutions pour être approvisionnés avec d'autres vaccins pour poursuivre la campagne de vaccination de nos agents", indiquait-il également dans un communiqué interne que le quotidien régional a pu consulter dimanche.

Suspension dans plusieurs pays

Après des cas de thrombose ou d'embolie pulmonaire signalés chez des personnes vaccinées, plusieurs pays ont pour rappel décidé ces derniers jours de suspendre par précaution l'administration de doses du vaccin d'AstraZeneca, l'un des quatre vaccins autorisés pour l'heure à être administrés en France.

Dimanche, le laboratoire britannique s'est défendu, en assurant n'avoir trouvé aucune preuve d'un risque accru de troubles de la coagulation sanguine après administration de son vaccin contre le Covid-19 à l'issue d'une étude portant sur 17 millions de personnes vaccinées au Royaume-Uni et dans l'Union européenne. De son côté, l'Organisation mondiale de la santé a estimé qu'il n'y avait "pas de raison de ne pas utiliser" ce vaccin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.