Autolib': Hidalgo réunit des constructeurs pour penser l'après-Bolloré

Autolib': Hidalgo réunit des constructeurs pour penser l'après-Bolloré
Le logo du service d'autopartage AutoLib de Paris en grave déficit. Photo prise le 10 juillet 2017

AFP, publié le lundi 11 juin 2018 à 10h51

La maire PS de Paris Anne Hidalgo réunit lundi après-midi des constructeurs automobiles pour discuter d'alternatives au service d'autopartage Autolib', en grave déficit et dont le concessionnaire est le groupe Bolloré.

Les constructeurs français Renault et PSA devraient répondre à l'invitation de Mme Hidalgo, tout comme plusieurs start-up.

Le but de la réunion est de "discuter de l'avenir de l'autopartage", selon une porte-parole de la mairie, confirmant une information des Echos.

L'exécutif parisien est en froid avec le groupe Bolloré depuis que celui-ci lui a demandé, ainsi qu'aux autres collectivités utilisatrices du service, d'éponger la majorité de la dette d'Autolib' - 293,6 millions d'euros d'ici à la fin de la concession avec la mairie, en 2023, d'après les services de l'industriel breton.

Le contrat d'exploitation d'Autolib' prévoit que le concessionnaire apure une dette maximale de 60 millions d'euros. M. Bolloré a demandé aux pouvoirs publics de payer 46 millions d'euros par an pour combler le reste du gouffre budgétaire.

Une exigence "abracadabrantesque" pour Mme Hidalgo, qui a promis d'"expertiser le pourquoi de cette somme". Contactée lundi matin, la mairie de Paris confirmait cependant l'absence d'"avancées récentes" sur la question de la dette.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.