Automobile : le marché français est "très bon", pour le CCFA

Automobile : le marché français est "très bon", pour le CCFA©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 03 août 2020 à 15h26

Alors que le montant de l'aide (hors bonus écologique) pour l'achat d'un véhicule électrique ou hybride rechargeable redevient plafonné à 5000 euros, le patron du CCFA estime que le secteur n'a pas besoin d'être dopé.

C'était un coup de pouce pour inciter les Français à s'offrir un nouveau véhicule propre, et relancer le marché à la sortie du confinement... Le montant de la prime à la conversion, destinée aux Français qui achètent un véhicule électrique ou hybride, avait été relevé à 7000 euros en juin dernier.

Le dispositif, proposé pour 200.000 achats, a largement trouvé preneur... Mais depuis ce lundi, il est moins généreux, repassant à son ancien barème avec un plafond de 5.000 euros. Pourtant, les professionnels du secteur, qui ont pu écouler les stocks invendus durant le confinement, ne semblent pas s'en alarmer.

Un marché solide

"Le marché français est très bon actuellement en Europe par rapport à ce qui se passe dans les autres pays. On a bien repris", a déclaré François Roudier, le porte-parole du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) sur BFM Business lundi matin.

Il ne s'est pas montré favorable à de nouvelles aides. "Doper les marchés a toujours un effet négatif. Au bout d'un moment il va y avoir des anticipations de ventes. On l'a vécu il y a dix ans, et on a plongé complètement en 2013", dans la foulée de la mise en place de la prime à la casse", a-t-il expliqué.

"Un bon cadre"

"Pour nous, les mesures les plus importantes étaient (celles portant) sur le travail, sur les indemnisations de chômage partiel et autres. C'était vraiment structurant, l'UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) s'est bien battue et cela a permis d'avoir un bon cadre", a-t-il poursuivi.

Il a plaidé pour retrouver "un marché normal sinon au bout d'un moment vous allez tirer (les ventes) par des anticipations et surtout des demandes de rabais phénoménales". "Le client vient vous sauver et au bout d'un moment nos vendeurs en ont marre", a-t-il commenté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.