Bataille de l'eau à Vittel entre des habitants et Nestlé

Chargement en cours
Des associations s'insurgent contre un projet d'acheminer de l'eau potable sur des dizaines de km pour préserver une nappe phréatique déficitaire à Vittel pillée selon eux par le groupe Nestlé Waters.
Des associations s'insurgent contre un projet d'acheminer de l'eau potable sur des dizaines de km pour préserver une nappe phréatique déficitaire à Vittel pillée selon eux par le groupe Nestlé Waters.
1/2
© AFP, SEBASTIEN BOZON

AFP, publié le mercredi 11 juillet 2018 à 13h02

Des associations s'insurgent contre un projet d'acheminer de l'eau potable sur une dizaine de km pour préserver une nappe phréatique déficitaire à Vittel (Vosges), pillée selon eux par le groupe Nestlé Waters.

Trois communes, Vittel, Contrexéville et Bulgnéville, et trois industriels, dont Nestlé Waters (marques Vittel, Contrex, Hépar, Perrier...), puisent annuellement trois millions de m3 d'eau dans la nappe aquifère des grès du Trias inférieur (GTI), située à 100 m de profondeur. Ce réservoir d'eau, faiblement minéralisée, présente un déficit annuel d'un million de m3 et se renouvelle lentement.

La Commission locale de l'eau (CLE) a voté début juillet le principe d'un transfert de l'eau dans le cadre d'un Schéma d'aménagement et de gestion des eaux (Sage). Quatre associations environnementales s'y sont opposées. 

Entre 500.000 et un million de m3 par an seront pompés dans un ou deux captages en surface, puis acheminés par canalisations sur une dizaine de km pour approvisionner les habitants. Le projet, financé en partie par le conseil départemental des Vosges et l'Agence de l'eau, est estimé entre 8 et 17 millions d'euros. 

Nestlé Waters, qui continuera à puiser dans la nappe 750.000 m3 d'eau, va "contribuer financièrement à la réalisation de la solution retenue", promettant de "tout faire pour qu'il n'y ait aucune répercussion sur la facture d'eau des habitants", assure un représentant du groupe, Christophe Klotz.  

Lors du vote, 150 personnes se sont rassemblées devant le conseil départemental à Epinal, où se réunissait la CLE, composée de 46 membres - élus, industriels, services de l'Etat et associations -. Sur des pancartes, on pouvait lire: "Elus = vendus à Nestlé?", "L'eau est de l'or pour l'humanité, pas pour Nestlé".  

"Ces transferts sont faits pour permettre à Nestlé Waters de continuer à pomper", dénonce Bernard Schmitt, du collectif Eau 88. Il réclame "que soit restaurée la priorité aux usagers".

- Privatisation de l'eau ? -

"On ne peut pas autoriser Nestlé à acheter une ressource de bien commun", s'inquiète Jean-François Fleck, président de Vosges nature environnement. 

Pour la CLE, "l'objectif n'est pas de servir plus une entreprise qu'une autre, mais de combler ce déficit pour restituer aux générations futures une nappe reconstituée", rétorque Jean-Luc Couzot, vice-président.

La multinationale, qui affirme avoir "réduit de 20% les prélèvements (depuis) une dizaine d'années", s'est engagée à pomper l'eau à usage industriel dans une nappe en surface. La ressource des grès du Trias inférieur sera utilisée uniquement pour sa marque Bonne source, commercialisée à l'export.

Pas question néanmoins d'abaisser le volume embouteillé: "Plusieurs centaines d'emplois" seraient menacées, souligne M. Klotz. Nestlé Waters emploie un millier de personnes et verse au territoire vosgien "14 millions d'euros de surtaxes sur l'eau minérale", rappelle-t-il. 

Un argument que balaie M. Schmitt: la masse salariale ne cesse de baisser et "la seule chose qui augmente, c'est les bénéfices de Nestlé Waters".

"C'est une décision au service d'un bénéfice immédiat, pour Nestlé Waters, au détriment d'un bénéfice patrimonial pour les générations futures", regrette Christine Vauzelle, maire de Charmois-l'Orgueilleux, 600 habitants. 

Son village, soumis à des restrictions d'eau l'été, s'alimente dans l'une des nappes phréatiques retenues pour compenser le déficit des GTI.

"On entend dire qu'il y aura toujours de l'eau, mais qui peut nous l'assurer?", demande-t-elle.

- Enquête préliminaire -

Arlette Jaworski, adjointe à l'environnement à Contrexéville, dénonce la présence dans la CLE ou le Sage de membres travaillant ou ayant travaillé pour la multinationale et réclame "une charte de déontologie".

Une enquête visant la conseillère départementale et ancienne présidente de la CLE, Claudie Pruvost, est ouverte depuis 2016 au parquet d'Epinal après un signalement de l'association Anticor.

Son époux, ancien cadre chez Nestlé Waters, a présidé la Vigie de l'eau, association ayant participé à l'élaboration du Sage en 2016.

"L'enquête préliminaire (toujours en cours) a mis en évidence des faits susceptibles de recevoir la qualification pénale de prise illégale d'intérêts", punissables d'une peine de cinq ans d'emprisonnement et 500.000 euros d'amende, indique le procureur, Etienne Manteaux.

"Toutes les décisions prises depuis 2016 sont entachées de nullité et nous utiliserons toutes les voies judiciaires", prévient M. Schmitt. 

Une étude affinée sur la réalisation du projet sera prochainement lancée, puis démarrera une consultation de la population à l'automne.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU