Bâtiment : le coronavirus, un choc inédit pour les artisans

Bâtiment : le coronavirus, un choc inédit pour les artisans
menuisier emploi

Boursier.com, publié le jeudi 16 juillet 2020 à 18h34

Après une chute brutale brutale de 12% à la fin du premier trimestre avec les mesures du confinement, l'activité de l'artisanat du bâtiment s'est effondrée de 24% en volume au deuxième trimestre.

Pas d'embellie pour l'artisanat du bâtiment, bien au contraire... Après une chute brutale brutale à la fin du premier trimestre avec les mesures du confinement (-12%), l'activité de l'artisanat du bâtiment s'est effondrée de 24% en volume au deuxième trimestre, selon les derniers chiffres de la Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB).

"Les entreprises artisanales déclarent que leur capacité de production n'est encore qu'à 85% début juillet tandis qu'à la fin du premier trimestre, 80% des entreprises de l'artisanat du bâtiment étaient à l'arrêt. Si la reprise d'activité est effective début juillet, elle est pour autant subordonnée à la confiance des ménages et à l'évolution du taux de chômage qui pourraient impacter les travaux et le nombre des transactions, lesquelles pourraient chuter de 25% en 2020", peut-on lire dans un communiqué.

20.000 à 30.000 emplois perdus

"Pour le deuxième semestre, les artisans se veulent optimistes et espèrent garder leurs salariés et maintenir toutes les compétences dans leurs entreprises. Cependant, la réalité que nous avons scénarisée fait état d'une baisse d'activité sur l'année 2020 comprise entre 15 et 17%, soit une perte de 20.000 à 30.000 emplois", commente Jean-Christophe Repon, le président de la Capeb.

Il souligne que deux inconnues majeures subsistent : "le retour éventuel du virus et l'effet domino lié à la crise économique".

L'ancien est encore plus durement touché

L'aménagement-décoration-plâtrerie constitue le corps de métier le plus impacté (-28% par rapport au 2ème trimestre 2019). A l'inverse, la maçonnerie affiche le recul le moins important (-19%).

"La construction neuve est gravement touchée, avec une contraction de 22% après 14% au 1er trimestre 2020. Sur les 12 derniers mois à fin mai 2020, 409.600 logements ont été autorisés à la construction, soit 39.600 de moins que dans les 12 mois précédents (-8,8%). Dans le même temps, 368.800 logements ont été mis en chantier, soit 41.700 de moins (-10,2%)", écrit la Capeb.

Dans l'ancien, le recul est encore plus significatif en entretien rénovation, avec un plongeon de 25 %, après une baisse de 10,5% au 1er trimestre 2020. Dans le même temps, les travaux d'Amélioration de Performance Énergétique du Logement régressent de 27% sur la même période (comme au même trimestre de l'année précédente).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.