BCE : Jens Weidmann, le candidat naturel pour succéder à Mario Draghi?

BCE : Jens Weidmann, le candidat naturel pour succéder à Mario Draghi?©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 23 février 2018 à 15h10

Pressenti pour prendre la succession de Mario Draghi à la tête de la BCE, Jens Weidmann se livre dans un entretien accordé au 'Financial Times'. Le plus jeune patron de l'histoire de la Banque centrale allemande évoque plusieurs sujets intéressants, dont un qui fait actuellement couler beaucoup d'encre dans la presse économique : quelle sera la nationalité du futur patron de l'Institution européenne. Pour l'ancien dirigeant de la puissante aile économique et financière de la chancellerie d'Angela Merkel, ce débat sur la nationalité d'un candidat est "complètement absurde". "Je veux dire, est-ce que vous vous seriez demandé si c'était bon pour cette institution d'être dirigée par un Italien?", explique Jens Weidmann en référence à Mario Draghi.

Il fait valoir que, si l'union monétaire fonctionne, alors la question de la nationalité doit être mise de côté. "Parler sans arrêt de la nationalité des gens illustre une certaine nervosité", qui selon Weidmann, pourrait à travers le temps affaiblir la confiance des citoyens dans l'euro.

Favori pour prendre la tête de la BCE

Après le choix de l'Espagnol Luis de Guindos au poste de vice-président de la BCE, de nombreuses voix s'élèvent pourtant pour la désignation d'un Homme du nord de l'Europe pour prendre la tête de l'Institution basée à Francfort. Alors que la BCE n'a jamais été dirigée par un Allemand, la candidature de Jens Weidmann apparait somme toute logique. Le Français Villeroy de Galhau et le Néerlandais Klaas Knot sont néanmoins encore dans la course. "La confiance passe par la compréhension. Mais il y a aussi de la personnalité", affirme l'économiste alors que de nombreux allemands se sont montrés très critiques envers la BCE et sa politique au cours des dernières années. Pour certains observateurs, l'arrivée au pouvoir de Jens Weidmann pourrait d'ailleurs réconcilier la première économie européenne avec la BCE.

Angela Merkel le soutient

Interrogé sur la facilité de travailler avec Mario Draghi, avec qui il n'a jamais caché ses désaccords, et Angela Merkel, l'économiste, qui a fait une partie de ses études en France, affirme qu'il "est facile de converser avec Mario, c'est un homme très cultivé, vous pouvez parler de beaucoup de choses avec lui". Mais Jens Weidmann admet aussi que "dans un sens, il était plus facile de travailler avec Merkel... Je m'entendais très bien avec elle car elle a une approche très analytique. À la fin de la journée, elle doit prendre la décision, mais jusque-là vous pouvez vraiment avoir une bonne discussion...sinon je ne serais pas resté six ans (à travailler avec elle)". La chancelière a d'ailleurs déjà apporté son soutien à la candidature de Jens Weidmann à la tête de la BCE.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU