Bilan 2017 : bourses, obligations, les gagnants et les perdants de l'année

Bilan 2017 : bourses, obligations, les gagnants et les perdants de l'année
illustration pour marchés asie

Boursier.com, publié le jeudi 28 décembre 2017 à 10h48

A quelques heures de la fin d'année boursière, l'heure est au bilan sur les marchés financiers. Globalement, les actifs risqués ont enregistré une belle année,  que ce soit les actions, la dette entreprise ou les obligations souveraines émergentes... Sans oublier les crypto-monnaies, bitcoin en tête. A l'inverse, les actifs considérés comme les plus sûrs tels que la dette japonaise ont déçu...

Un trio surprenant

Sur les places boursières, le trio gagnant de l'année est assez surprenant... Le marché ukrainien (+80%) devance en effet la bourse kazakhe (+64%) et le célèbre MSE Top 20 (+63%), l'indice boursier mongol.

Le Top 5 est complété par les bourses sud-africaine (+53%) et lettone (+53%). Des performances nettement plus élevées que sur les bourses occidentales.

A Wall Street, la hausse du Dow Jones se limite à environ 25% alors que le Nasdaq a gagné environ 29% depuis le premier janvier. Le CAC40 est loin derrière avec une progression d'un peu plus de 10%. A l'inverse, le millésime 2017 aura été compliqué pour les places boursières du Moyen-Orient. Les bourses du Pakistan (-22%), du Qatar (-16,5%) et d'Oman (-9%) figurent en bas du palmarès 2017.

La dette grecque au top

Sur le marché de la dette souveraine, les investisseurs qui ont des obligations grecques peuvent être satisfaits puisque la hausse dépasse les 50% sur plusieurs échéances de long terme (données Bloomberg).

Les détenteurs de dette argentine ont également de quoi être satisfaits... Sur les émergents, les dettes souveraines du Bélize et du Salvador affichent les meilleures performances. Au contraire des obligations vénézuéliennes, dont la valeur a logiquement fondu avec la grave crise économique qui secoue le pays.

Le palladium à la fête

Enfin, la bonne santé de l'économie mondiale a favorisé la tenue des matières premières. La palme d'or revient au palladium avec une hausse qui dépasse les 50%. Le cuivre et l'aluminium, avec une augmentation d'environ 30%, complètent le podium. A l'inverse, le gaz naturel (-27,5%) et le sucre (-25%) ont été chahutés...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Bilan 2017 : bourses, obligations, les gagnants et les perdants de l'année
  • avatar
    ajlbn -

    ajlbn - Il y a 6 minutes


    Référence à la réaction ajlbn :
    Elle est devenue inutile, puisqu'il n'y a plus de paradis fiscaux, dixit Sarkozy, que les riches sont tous partis (ce qui est faux), et que tous les nantis sont devenus citoyens responsables et payent leurs impôts! Et 8 milliards à côté des 300 milliards évadés par les riches et ultra riches, c'est un poil sur un œuf!
    supprimer commenter
    Statut : refusé - réponse à un commentaire censurée!
    Il y a 23 minutes
    A ImmortelleXIII - Les 300 milliards viennent d'un article du canard enchaîné, qui traitait aussi des ultra riches Français et des très riches qui ne sont pas, contrairement à la légende, en diminution dans notre beau pays. Quant à ouvrir un compte, dans un paradis fiscal qui n'existe plus, il existe des hommes et femmes "de paille", qui font écran, la ficelle est vieille comme le monde. L'Europe vient de communiquer la liste noire des pays qui ne respectent pas les règles de transmission d'infos, ou le font à leur guise, autant dire qu'il reste encore des zones de manœuvres discrètes. Certains pays très pauvres, mais aussi curieusement, refuges de très riches, n'y figurent pas! Les paradis fiscaux européens non plus! Mais vous savez surement que la tricherie et l'évasion se fait d'autres manières, comme les yachts, avions, voitures puissantes, propriétés, ...mis au compte de sociétés boîte aux lettres, par leurs vrais propriétaires, ces derniers font semblant de louer à ces sociétés bidons, et vous ne pouvez ignorer que des fortunes de diverses natures, dont des œuvres d'art de haute valeurs, sont "stockées" à l'abri des regards du fisc et des douanes dans des zones franches étanches aux curieux! Et puis, vous avez surement eu l'information de cette société Airbnb, qui proposait une carte de crédit bancaire qui permettait de frauder le fisc - bfmtv le1/12/2017. A parier qu'ils ne sont pas les seuls! Mais eux ont été démasqués. Faites confiance aux nantis et aux possédants pas toujours honnêtes pour contrer rapidement les barrages et règles! L'argent, ou l'or, c'est leur dope, et voyez dans le monde sportif, les combines vont plus vite que leur détection! Ouvrir un compte perso, de nos jours, c'est comme un crocodile qui se livre lui-même chez un maroquinier! Autant ouvrir des comptes de sociétés off-shore, avec des gérants fictifs salariés et bien heureux de l'être. D'ailleurs, une émission a été consacrée, il y a hélas quelques années, à ce sujet édifiant. Les journalistes avaient démonté toute la filière! Heureusement que la presse d'investigation existe sinon, on croirait encore au ruissellement des richesses des riches vers les pauvres!
    04- censuré=repassé!
    CENSURE ABUSIVE!