Biocoop, dont la croissance a ralenti en 2017, se tourne vers l'innovation

Biocoop, dont la croissance a ralenti en 2017, se tourne vers l'innovation
Client d'un magasin Biocoop, le 18 mai 20120 Quimper (Finistère)

AFP, publié le jeudi 29 mars 2018 à 16h45

Biocoop, première enseigne spécialisée dans la production et la vente de produits bio en France, a vu sa croissance ralentir en 2017, concurrencée par les rayons bio des grandes surfaces, la poussant à se tourner vers l'innovation pour rebondir.

En 2017, la coopérative, née en 1986, a réalisé un chiffre d'affaires de 1,1 milliard d'euros, en croissance de 13,5%, après une progression de 25% en 2016, qui avait été une année "exceptionnelle", dans un marché pourtant en fort développement (+20%), reconnaît son directeur général, Orion Porta.

"On n'est pas inquiet par rapport à la montée de la concurrence, car ce qu'on apporte comme différence sur le marché, ce sont nos valeurs de qualité et de cohérence, en adéquation avec les attentes des consommateurs", a-t-il affirmé jeudi lors d'une conférence de presse.

Fin mars, l'enseigne comptait 506 magasins en France et une soixantaine d'autres doivent ouvrir en 2018, autant qu'en 2017, a précisé M. Porta.

Deux formats se développent: l'un d'environ 400 m2, avec des rayons boulangerie, boucherie ou snacking, et d'autres, plus petits (100-150 m2), dans les centres-villes.

Face à la montée de la concurrence et au besoin de se renouveler, l'enseigne a décidé de mettre en place à l'automne une cellule "innovation", confiée à Thomas Dromer, une sorte de "laboratoire où l'on réfléchit à de nouveaux modes de distribution".

Quatre pistes sont envisagées: ouvrir des magasins "mono-métier" de type artisanal (une boulangerie est déjà en test près d'Agen), des points de ventes "satellites" aux magasins existants ("dans des zones rurales défavorisées, des bourgs délaissés", deux existants), des "corners" chez des producteurs partenaires (en complément d'assortiment de leurs produits, six existants) et enfin, le commerce électronique.

Si les trois premiers axes de développement vont de pair avec le "rôle social et la volonté de Biocoop de développer son maillage du territoire local", a expliqué M. Dromer, le commerce en ligne est nouveau pour l'enseigne.  

"Jusqu'à présent, il avait été mis de côté" car l'une des valeurs fondatrices de la coopérative est "la création de liens en magasin", or le numérique n'enrichit pas a priori les rapports humains, a-t-il expliqué.

Mais, dans l'idée de "faciliter l'accès aux produits bio" à toutes les composantes de la population, ce projet a germé, mais il se fera "par étapes et uniquement sur la base du volontariat des sociétaires", a précisé M. Dromer.

Enfin, dès ce printemps, des tests de "click&collect" et de "livraison collaborative et écologique" seront lancés.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.