BlaBlaCar : "un bel été" et "un retour très rapide" des passagers

BlaBlaCar : "un bel été" et "un retour très rapide" des passagers©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 24 août 2020 à 16h02

Le leader du covoiturage en France a enregistré une hausse de 15% de demandes passagers cet été par rapport à 2019, selon le co-fondateur et directeur général Nicolas Brusson...

L'été a été bon pour BlaBlaCar... Durement touchée par la crise sanitaire, le leader du covoiturage en France a bien rebondi durant la période estivale, enregistrant une hausse "très rapide" de ses réservations aux mois de juillet et août, comme l'a indiqué ce lundi son co-fondateur et directeur général Nicolas Brusson.

"C'est un bel été... On a eu retour très rapide notamment sur le covoiturage à partir de fin juin/début juillet. En effet, on a vu plus de demandes des passagers, en partie parce le covoiturage permet d'avoir moins de contact, mais aussi parce que le réseau covoiturage, étant organique, se recrée très rapidement", a-t-il expliqué sur 'BFM Business'.

La plateforme, qui revendique 90 millions de membres à travers 22 pays, a ainsi enregistré une hausse de "15% de demandes passagers en France cet été par rapport à 2019". "En termes de réservations, on est à peu près sur les niveaux de 2019", les conducteurs revenant "un petit peu plus lentement", a précisé Nicolas Brusson.

Un deuxième trimestre "perdu"

Le co-fondateur de BlaBlaCar a également souligné que "la préférence pour le covoiturage est une tendance mondiale, notamment au niveau des passagers". Mais "l'Allemagne a repris un peu plus lentement, alors que finalement, si on regarde la gestion de crise, le nombre de cas et de morts en Allemagne, il y en avait moins qu'en France", a-t-il fait remarquer.

"Etre sur les mêmes niveaux de 2019, ce n'est pas un succès en soi", car BlaBlaCar était en croissance, a toutefois constaté Nicolas Brusson, rappelant également que le deuxième trimestre a été "perdu". Pendant le confinement mis en place pour tenter d'enrayer la pandémie de Covid-19, les activités étaient quasiment à l'arrêt. Elles ont pu redémarrer début juin, mais "avec un seul passager dans la voiture, comme les régulations nous l'imposaient".

StopCovid "aurait pu être recommandée"

"Aujourd'hui, c'est le port du masque et les gestes barrières. Et finalement, c'est ce qu'on fait partout, quand on est dans les centres-villes, les magasins... C'est le même bon sens qui s'applique au covoiturage comme dans tous les transports", a-t-il expliqué. Interrogé également sur l'application de traçage des contacts StopCovid, Nicolas Brusson a estimé qu'elle "aurait pu être recommandée, mais elle ne peut pas être imposée".

Concernant les autocars interurbains BlaBlaBus, il évoque un démarrage "avec 30% du réseau 2019, puis nous sommes montés en puissance en voyant la demande augmenter". "Nous utilisons le covoiturage comme sonde pour observer la demande, et ajuster à une ou deux semaines près le réseau de bus", a-t-il détaillé. Enfin, pour BlaBlaLines, plateforme de covoiturage pour les trajets domicile-travail, "la rentrée reste incertaine", a ajouté Nicolas Brusson...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.