Blocage des universités : plus de 5 millions d'euros de dégâts !

Blocage des universités : plus de 5 millions d'euros de dégâts !©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 18 juin 2018 à 10h31

Les blocages des universités ont gêné considérablement les examens de fin d'année des étudiants, mais pas seulement. Le coût des dégradations commises au sein des différents établissements est conséquent.

Des casseurs radicaux plus que des étudiants en colère

"On est à un peu plus de 5 millions d'euros" de dégâts provoqués par les blocages des universités un peu partout en France, a déclaré la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, sur RTL lundi matin. Frédérique Vidal déplore "quelque chose qui est vraiment incroyable", face à des blocages qui ont duré dans certaines universités jusqu'à un mois.

Elle a également souligné le fait que jamais une telle violence n'avait existé lors de manifestations et de mobilisations universitaires. Une réalité qui selon elle, confirme le fait qu'il s'agissait principalement de "mouvements extrêmement radicaux", non pas d'étudiants opposés à la loi ORE.

Qui couvrira les dégâts ?

La question du remboursement des dégâts sera donc cruciale, et la ministre y a répondu très clairement sur RTL : "c'est nous qui allons tout payer". Elle ne souhaite pas laisser la facture aux établissements, qui ne sont coupables de rien, mais souhaite en revanche que les casseurs soient identifiés et jugés afin que des sanctions soient prises.

Les blocages des universités, notamment celles de Tolbiac, de Montpellier, de Rennes ou encore de Lyon ont fini par être stoppés par des évacuations menées par la police, généralement dans le plus grand calme, et sans violence.

Les étudiants présents manifestaient contre la réforme qui comportait notamment la sélection sur dossier à l'entrée à l'université, ou encore de la mise en place d'un tirage au sort. Une mobilisation qui, comme celle de la SNCF, n'était pas majoritairement soutenue par les Français.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.