Bonus-malus : un amalgame entre CDD et travail temporaire ?

Bonus-malus : un amalgame entre CDD et travail temporaire ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 21 juin 2019 à 08h22

C'est ce que dénonce le patronat de l'intérim, alors que le gouvernement vient de dévoiler sa réforme de l'assurance chômage...

Le durcissement des règles de l'assurance chômage annoncé par le gouvernement cette semaine n'est pas du goût des professionnels de l'intérim. Dans leur viseur : le "bonus/malus" sur les cotisations patronales, destiné en particulier à limiter les embauches en contrats courts...

Les 7 secteurs de l'économie y ayant le plus recours sont concernés : l'agro-alimentaire (denrées alimentaires, boissons, tabac), les "activités scientifiques et techniques" comme la publicité, l'hébergement-restauration, l'assainissement des eaux et la gestion des déchets, le transport et l'entreposage, la fabrication de caoutchouc et plastique, et le travail du bois, l'industrie du papier et l'imprimerie.

Le gouvernement veut ainsi lutter contre la multiplication des contrats courts, qui représenteraient près de 9 milliards d'euros de déficit pour l'assurage chômage. Actuellement, 7 embauches sur 10 concernent des CDD de moins d'un mois et près d'un tiers de tous les CDD signés ne dépassent pas une journée de travail...

Amalgame

Dans un communiqué, Prism'emploi, qui regroupe les professionnels du recrutement et de l'intérim, explique que sur les 9 milliards de surcoût pour l'assurance-chômage associés aux contrats courts, les CDD en général pèsent à eux seuls pour 6,2 milliards d'euros, le travail temporaire moins de 2 milliards et les intermittents du spectacle, 900 millions.

"Sur le fond, nous déplorons vivement l'amalgame opéré entre les CDD et le travail temporaire qui, lui, apporte une protection sociale élargie (mutuelle et prévoyance), des droits à la formation professionnelle et des dispositifs d'action sociale particulièrement efficaces pour faciliter l'accès à l'emploi des nombreuses personnes que cette réforme prétend protéger", réagit Gilles Lafon, le président de Prism'emploi.

Selon lui, "s'il est avéré que le nombre de CDD courts en général, et de CDD d'usage en particulier, a explosé ces dernières années, il demeure non moins remarquable de constater que le travail temporaire représente quant à lui, une part très stable du marché de l'emploi : entre 3% et 4% ces vingt dernières années. Le travail temporaire ne peut donc être considéré comme responsable de la "précarisation" dénoncée par la ministre du Travail Muriel Pénicaud, ndlr)", poursuit-il...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.