Brésil: le secteur de la viande face aux scandales sanitaires

Brésil: le secteur de la viande face aux scandales sanitaires
Vue d'une installation du géant de l'agroalimentaire BRF à Chapeco (Etat de Santa Catarina), le 17 mars 2017

AFP, publié le mercredi 28 mars 2018 à 13h11

Secoué par une nouvelle enquête ciblant des laboratoires accusés de masquer des salmonelles dans les produits du géant agroalimentaire BRF, le Brésil tente de redorer le blason de sa filière viande, un an après le scandale des viandes avariées.

Cible de l'opération "Trapaça" ("triche") menée début mars par la police fédérale brésilienne, le groupe BRF, premier exportateur mondial de volailles, est accusé d'avoir falsifié des analyses de qualité entre 2012 et 2015 pour masquer la présence de salmonelle dans ses produits.

Certains d'entre eux étaient destinés à des pays de l'Union européenne.

"La salmonelle rencontrée dans les produits ne présente aucun risque pour la santé à partir du moment où la viande est cuite ou frite, mais sa présence est tout de même interdite par certains pays", admet le secrétaire d'Etat à l'Agriculture Luis Rangel lors d'un entretien avec l'AFP.

Le ministère de l'Agriculture a suspendu les exportations des viandes de volaille de BRF vers l'Union européenne, et une délégation brésilienne s'est rendue la semaine dernière à Bruxelles pour défendre son secteur avicole. 

- Contrôles sanitaires renforcés -

Cette nouvelle enquête policière dans l'agroalimentaire brésilien s'inscrit dans la continuité de l'opération "Carne fraca" ("viande avariée") qui a mis à jour en mars 2017 un vaste réseau de corruption, impliquant des agents de services sanitaires ayant certifié conforme de la viande avariée.

Des dizaines de pays avaient alors temporairement suspendu leurs importations de viande bovine. Deuxième importateur mondial, la Chine avait demandé des éclaircissements, mais pas mis d'embargo. L'UE a renforcé ses inspections. 

Les Etats-Unis et la Russie ont fermé leurs portes au bœuf brésilien. Mais pour l'Association brésilienne des industries exportatrices de viande (ABIEC), "cela n'a rien à voir" avec le scandale: "Un abcès a été trouvé sur un lot de viande envoyé aux Etats-Unis. Dans le cas russe, le marché était déjà fermé avant l'opération pour des questions tarifaires", affirme l'ABIEC.

Et les exportations brésiliennes de viande bovine ont augmenté de 9% en volume en 2017. Le pays reste le premier exportateur mondial de bœuf. 

Des quatre usines de transformation de viande fermées au moment du scandale, deux ont repris leurs activités et deux ont perdu leur licence.

Le ministère de l'Agriculture affirme avoir renforcé les contrôles sur l'ensemble de la chaîne de production et "accéléré" la révision de la réglementation de la certification sanitaire, selon M. Rangel.

"Nous avons réduit le nombre d'étapes et d'intermédiaires au sein du système de contrôle sanitaire des entrepôts frigorifiques pour supprimer les risques d'interférences politiques", précise-t-il.

Le ministère de l'Agriculture a créé une certification de "compartimentation". Un concept recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui revient à isoler les différentes unités de production grâce à de hauts niveaux de biosécurité, afin de ne pas suspendre toutes les exportations en cas de problème.

Dans ce cadre, deux entreprises avicoles ont reçu le 14 mars, les premières certifications émises.

- Rapport européen en avril -

L'opération "Trapaça" arrive d'autant plus mal qu'elle s'ajoute aux craintes des éleveurs français et européens au sujet de l'accord de libre-échange en cours de négociation entre l'UE et le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay), qui faciliterait l'exportation de viande sud-américaine vers l'Europe.

Eleveurs et consommateurs européens craignent l'apparition de produits à la qualité douteuse. Ils dénoncent aussi l'alimentation du bétail avec des OGM, et l'utilisation d'antibiotiques comme activateurs de croissance.

"Notre usage des OGM et des antibiotiques se fait dans le respect des règles internationales", assure M. Rangel. "Nous suivons les recommandations de l'OMS de réduction des antibiotiques (...) Sur ce point, nous avons beaucoup appris de l'Union européenne et des États-Unis", ajoute-t-il.

La pression de l'UE est "plus grande en raison des négociations", fait valoir Antônio Jorge Camardelli, président de l'ABIEC. "Mais le Brésil a toujours été transparent sur ses méthodes de production. Tout pays ayant un accord commercial avec nous peut inspecter nos installations", affirme-t-il.

Fin janvier, des inspecteurs européens ont mené un audit sur la filière volaille, dont le rapport est attendu en avril. Le précédent audit, en juin, avait constaté des manquements dans le contrôle des établissements brésiliens et le non-respect des normes sanitaires européennes.

Autre point noir soulevé par les Européens, la traçabilité du bétail qui n'est pas obligatoire au Brésil, malgré l'existence d'un Système d'identification et de certification d'origine bovine (SISBOV).

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Brésil: le secteur de la viande face aux scandales sanitaires
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    le 28 03 2018 à 13 28

    c'est pour cetet raison que je préfère manger du boeuf de mon voisin.

    un bovin ça mange de l'herbe que personne d'autre ne peut manger, ça ne pollue pas et c'est bon pour la planète en économisant l'argent des transports. En plus ça permet de stocker du carbone dans le sol.
    Et puis par rapport à l'homme ça consomme nettement moins d'eau qui lui a besoin d'eau potable pour tirer des chasses d'eaux et pour se laver.

    avatar
    abnvm -

    tout a fait d accord