Brésil: Total dément la présence d'un récif sensible là où il veut forer

Brésil: Total dément la présence d'un récif sensible là où il veut forer
Le siège de Total à La Défense (Hauts-de-Seine)

AFP, publié le vendredi 04 mai 2018 à 17h05

Total a démenti vendredi la présence d'un récif sensible dans la zone au large du Brésil où le groupe pétrolier veut forer un puits d'exploration, en réponse à des accusations de Greenpeace.

L'ONG avait envoyé une équipe scientifique à bord d'un bateau et indiqué à la mi-avril avoir découvert dans l'embouchure de l'Amazone "la présence d'une formation récifale composée de rhodolithes à l'endroit même où Total envisage de forer des puits d'exploration pétrolière".

Ces rhodolithes sont des algues calcaires qui constituent des habitats pour les poissons et autres créatures typiques des récifs.

Dans un communiqué, Total répond "qu'aucune formation biogénique n'a été identifiée dans le bloc FZA-M-57".

Il s'agit de l'un des cinq blocs dans le bassin de Foz do Amazonas où le groupe veut éventuellement chercher des hydrocarbures.

"Le puits d'exploration prévu dans le bloc FZA-M-57 (à environ 1.800 mètres de profondeur) sera situé à 28 km des rhodolithes identifiés précédemment et à 34 km de l'endroit où l'ONG aurait trouvé des rhodolithes plus récemment", affirme Total.

Reproduisant sur une carte le parcours du bateau de Greenpeace, Total estime qu'il n'a fait qu'une incursion dans la bordure sud-ouest d'un autre bloc d'exploration, baptisé FZA-M-86.

Greenpeace a de son côté souligné vendredi que "la compagnie a bien demandé des autorisations de forage dans la totalité des blocs qu'elle a acheté aux enchères".

"Qu'elle projette dans un premier temps de forer dans le bloc FZA-M-57 ne signifie pas que le forage dans les autres blocs n'est pas envisageable", a indiqué Magali Rubino, responsable de la communication de Greenpeace.

Elle indique aussi que "le récif dans ce bloc FZA-M-86 n'a jamais été mentionné dans l'étude d'impact remise aux autorités brésiliennes par Total".

Le groupe doit encore convaincre les autorités brésiliennes de l'innocuité de son projet. L'agence environnementale brésilienne, l'Ibama, avait en effet rejeté l'été dernier une étude d'impact environnemental de Total et menacé de mettre fin au processus.

Greenpeace avait par ailleurs annoncé jeudi avoir poursuivi son exploration au large de la Guyane, un territoire français proche du Brésil où Total dispose aussi d'un permis d'exploration.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire avait donné son feu vert l'an dernier à la prolongation de ce permis exclusif baptisé "Guyane Maritime".

Le gouvernement français a cependant fait passer une loi décidant de la fin de la recherche et l'exploitation des hydrocarbures en France d'ici 2040.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.