Brexit : des discussions difficiles reprennent à Londres

Brexit : des discussions difficiles reprennent à Londres
Londres Big ben Royaume-Uni Grande-Bretagne

Boursier.com, publié le lundi 06 juillet 2020 à 11h27

Les négociations achoppent notamment sur la pêche et les conditions de libre concurrence - Londres refuse que les futurs différends commerciaux soient tranchés par la Cour européenne de justice.

Les négociations entre l'Union européenne et la Grande-Bretagne sur un accord post-Brexit reprennent ce lundi, à Londres après une série d'entrevues peu fructueuses à Bruxelles la semaine dernière. Les discussions doivent porter sur la question de savoir si des progrès "concrets et rapides" sont envisageables.

Le Royaume-Uni a officiellement quitté l'Union européenne le 31 janvier dernier mais reste soumis aux règles communautaires pendant cette période de transition dont la fin est fixée au 31 décembre.

Les négociations achoppent notamment sur la pêche et les conditions de libre concurrence - Londres refuse que les futurs différends commerciaux soient tranchés par la Cour européenne de justice.

La marge d'autonomie de Londres sur les normes européennes en matière d'aides étatiques à l'économie, à l'environnement et au droit du travail sont un autre point de désaccord.

Crainte autour des taxes

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est dit vendredi plus optimiste que les responsables de l'Union Européenne sur la possibilité de conclure un accord post-Brexit, tout en ajoutant que la Grande-Bretagne pourrait quitter le bloc sans accord global si nécessaire.

Le négociateur de l'UE pour le Brexit, le français Michel Barnier, a reconnu cette semaine l'existence de sérieuses divergences pour parvenir à un accord et a fait remarquer que la Grande-Bretagne devait respecter la position de l'UE.

Pas de manque de respect

Interrogé par la radio LBC sur si le gouvernement britannique manquait de respect envers les règles de l'UE, Boris Johnson a répondu : "Non, en aucun cas".

"Nous devons nous assurer que nous obtenons un bon accord", a-t-il déclaré. "En fait... Je suis un peu plus optimiste que Michel (Barnier, ndlr), il y a un bon accord à conclure mais évidemment si nous ne parvenons pas, nous aurons aussi la très bonne option d'un accord de type australien".

L'Australie n'a pas d'accord commercial global avec l'UE. S'il existe des accords spécifiques pour certains produits, la plupart des échanges commerciaux entre l'UE et l'Australie suivent les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.