Brexit : et pendant ce temps-là, les discussions patinent...

Brexit : et pendant ce temps-là, les discussions patinent...
brexit, parlement européen, ratification

Boursier.com, publié le vendredi 15 mai 2020 à 16h06

Des divergences fondamentales persistent sur plusieurs points-clés, comme la pêche et la sécurité, et les négociations semblent au point mort, en pleine pandémie de coronavirus.

Les négociations sur les futures relations commerciales entre la Grande-Bretagne et les Vingt-Sept n'ont pas beaucoup progressé cette semaine, écrit vendredi l'agence de presse Reuters, alors que l'avant-dernier cycle de discussions s'achève ce vendredi.

Des divergences fondamentales persistent sur plusieurs points-clés, comme la pêche et la sécurité, ce qui pourrait compromettre la conclusion d'un accord avant la fin de la période de transition, qui s'achèvera le 31 décembre, indique une source de l'agence de presse.

Le prochain cycle de négociations est prévu début juin. Les deux parties doivent donc s'entendre avant la fin décembre, date butoir fixée par Londres, qui a quitté officiellement l'UE le 31 janvier dernier.

Fin des pourparlers aux environs d'octobre

"Les deux parties sont d'accord pour être en désaccord", a déploré un diplomate impliqué dans les négociations. Londres et Bruxelles devront évaluer fin juin les progrès accomplis et convenir ou non d'une prolongation des discussions, hypothèse pour le moment exclue à Londres.

Pour l'Union, les pourparlers doivent s'achever aux alentours d'octobre afin que l'accord puisse être ratifié dans les temps par le Parlement européen et les Etats membres.

Les déclarations pessimistes de dirigeants européens se sont multipliés ces dernières jours dans ce dossier. Le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas, a par exemple déclaré dans une interview au journal 'Augsburger Allgemeine' qu'il y avait un risque croissant de Brexit dur au coeur de la crise sanitaire du coronavirus.

"Il est inquiétant que la Grande-Bretagne s'écarte de nos déclarations communes sur des point clés des négociations", a-t-il observé Maas. "Ce n'est tout simplement pas possible, car les négociations constituent un ensemble complet tel qu'il a été présenté dans la déclaration", a-t-il ajouté.

Le coronavirus responsable ?

Même scepticisme du côté du commissaire européen au Commerce. "Malgré l'urgence et l'énormité du défi que représentent les négociations, je crains que nous ne progressions que très lentement (...) Rien n'indique vraiment que nos amis britanniques abordent les discussions avec l'intention d'aboutir. J'espère me tromper, mais je ne le pense pas", a déclaré Phil Hogan à la radiotélévision irlandaise (RTE).

"Je pense que les responsables politiques et le gouvernement du Royaume-Uni ont décidé que le COVID serait tenu responsable de tous les échecs du Brexit et j'ai le sentiment qu'ils ne veulent pas que les négociations durent jusqu'en 2021, parce qu'ils peuvent effectivement tout imputer au COVID", a-t-il ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.