Brexit: jusqu'à 500.000 emplois britanniques menacés en l'absence d'accord avec l'UE

Brexit: jusqu'à 500.000 emplois britanniques menacés en l'absence d'accord avec l'UE

La Première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 8 décembre 2017

A lire aussi

AFP, publié le jeudi 11 janvier 2018 à 13h06

Le Royaume-Uni pourrait perdre près d'un demi-million d'emplois à l'horizon 2030 s'il sort de l'Union européenne sans accord, selon le scénario le plus pessimiste d'une étude commandée par le maire europhile de Londres, Sadiq Khan, dévoilée jeudi.

"Si le Royaume-Uni quitte l'Union européenne en mars 2019 sans accord sur le marché unique, l'union douanière ou des dispositions transitoires (...) cela pourrait engendrer la perte de 482.000 emplois", a prévenu l'élu travailliste dans un communiqué.

Parmi les secteurs passés en revue par le cabinet de recherche Cambridge Econometrics, les services financiers souffriraient le plus d'une absence d'accord (-119.000 emplois). Suivraient les sciences et technologies (-92.000) et la construction (-43.000). 

Rien qu'à Londres, centre financier du Royaume-Uni, les pertes d'emplois pourraient s'élever à 87.000, mais la capitale souffrirait moins que le reste du pays. 

Les investissements pourraient, eux, chuter de 15% à l'échelle nationale, soit 46,8 milliards de livres (52,8 milliards d'euros) de moins.

Cette étude se penche sur l'impact potentiel de cinq scénarios liés au Brexit sur le pays et sa capitale dans neuf secteurs clés de l'économie, du maintien d'un statu quo d'ores et déjà exclu par le gouvernement britannique au scénario extrême d'une sortie de l'UE sans accord ni période de transition. 

Dans le plus optimiste des scénarios possibles, à savoir le maintien du Royaume-Uni dans le marché unique à l'issue d'une période de transition, mais pas l'union douanière, le Royaume-Uni pourrait perdre 176.000 emplois. 

Sadiq Khan a accusé le gouvernement britannique d'un "manque total de préparation" sur les conséquences du Brexit, l'appelant à changer sa position de négociation et à accepter un maintien du pays dans le marché unique et l'union douanière. 

En décembre, le ministre du Brexit, David Davis, avait reconnu devant des députés que ses services ne disposaient pas d'étude d'impact secteur par secteur de la sortie de l'UE. 

Sollicitée par l'AFP, une porte-parole de son ministère a indiqué que Londres et Bruxelles pensaient pouvoir "conclure un accord ambitieux garantissant la prospérité pour le Royaume-Uni et l'UE à 27". 

"Le Royaume-Uni veut un partenariat approfondi et spécial avec l'Union européenne", a-t-elle ajouté. 

Après la conclusion d'un accord intermédiaire sur le Brexit en décembre 2017, le Royaume-Uni et l'UE doivent négocier cette année une éventuelle période de transition ainsi que leur future relation commerciale et en matière de sécurité à l'issue de ce laps de temps. 

 
12 commentaires - Brexit: jusqu'à 500.000 emplois britanniques menacés en l'absence d'accord avec l'UE
  • avatar
    dudut -

    Ils ont voulu partir qu'ils partent. Et qu'on en finisse une bonne fois pour toutes avec ces anglais empêcheurs d'une Europe Unie...

  • avatar
    xavier -

    .
    Et, pourtant, ces flamboyants premiers de classe n'ont jamais reproché à l'Angleterre et au Royaume uni d'avoir maintenu la Livre Britannique. POURQUOI ??? Hypocrisie, y compris dans les grandes écoles françaises et dans les milieux politiques français issu des grandes écoles. Hypocrisie, quand j'écris ton nom. Dès cette année, le budget de la pseudo Europe sera amputé de plus de 10 milliards d'euros. Il y a le feu partout, mais les pompiers ne sont pas très disponibles...!!!

  • avatar
    cobra68 -

    Ils ont quittés l'Europe, ils vont juste retrouver leur pays, leurs lois, leur pouvoir.
    Bravo pour le courage que la France n'a pas.
    Les accords tombent pour les britanniques et en leur faveur, mais il faut faire peur aux Français. Imaginons qu'ils commencent à penser sans les médias, la révolution encore! non, pas possible ils faut qu'ils continus à penser avec leur Smartphone et l'info en continu.
    Cdt

    avatar
    Tueur -

    très confus tout cela , pas structuré .......

  • avatar
    goldorack -

    ils ont quitter l europe? qu ils se démerdent !!

    avatar
    Tueur -

    c'est une grande économie ...... nous avons tous intérêt à conserver des liens avec eux .......

  • avatar
    azerty123 -

    A bersim: écririez-vous sans savoir ? Mes amis britanniques sont loin de partager votre 'expertise' !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]