Brexit : Londres fait un pas vers l'UE dans le dossier de la pêche

Brexit : Londres fait un pas vers l'UE dans le dossier de la pêche©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 09 novembre 2020 à 15h15

De quoi débloquer la situation pour de bon ?

Enfin une avancée dans les discussions interminables liées au divorce ? Le Royaume-Uni s'est dit lundi ouvert à un compromis "raisonnable" sur la pêche avec l'Union européenne (UE) - un des points sur lesquels les négociations achoppent.

Un nouveau cycle de négociations est prévu cette semaine à propos des négociations commerciales après le Brexit. Ces négociations visent à parvenir à un compromis pour encadrer les relations entre les deux camps après la fin, le 31 décembre, de la période de transition qui a suivi la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

"Bonne volonté"

"Il y a toujours des différends, il y a toujours des obstacles à surmonter", a déclaré le ministre britannique de l'Environnement George Eustice à la chaîne de télévision Sky. "Mais je pense qu'il existe désormais une bonne volonté des deux côtés pour faire progresser les choses".

Dimanche, le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est voulu optimiste sur un accord avec Bruxelles. "Les grandes lignes sont assez claires. Il ne reste plus qu'à le faire", a-t-il dit.

Le responsable des négociations sur le Brexit pour l'UE, Michel Barnier, a déclaré à Reuters être "très heureux d'être de retour à Londres (pour les négociations)". "Le travail continue", a-t-il ajouté.

S'exprimant par la suite sur Twitter, Michel Barnier a indiqué que l'Union européenne redoublait d'efforts pour parvenir à un accord, citant trois conditions afin d'obtenir un compromis.

Happy to be back in London today, redoubling our efforts to reach agreement on the future 🇪🇺🇬🇧 partnership. > >3 keys to unlock a deal: > >🔑 No 1: Respect of EU autonomy and UK sovereignty, w/ effective governance and enforcement mechanisms between international partners; > >(1/2)
- Michel Barnier (@MichelBarnier)

Pour le négociateur européen, un éventuel accord entre les deux camps devra respecter l'autonomie du bloc communautaire et de la Grande-Bretagne, proposer une gouvernance efficace et les moyens de faire appliquer ce qui a été convenu.

Cet accord devra également proposer "des garanties solides d'un commerce libre et équitable et d'une concurrence fondée sur des normes élevées communes" et celles-ci devraient évoluer de manière cohérente au fil du temps, a-t-il expliqué. Il a ajouté que les deux camps devraient enfin se mettre d'accord sur un accès stable et réciproque aux marchés et sur la pêche.

Jusqu'ici, les négociations ont achoppé sur la pêche, les règles de libre concurrence et les questions de gouvernance, notamment les mécanismes de règlement des litiges.

Marché intérieur

Lundi, la chambre haute du Parlement britannique, la Chambre des Lords, doit par ailleurs débattre du projet de loi sur le marché intérieur, qui permettrait à la Grande-Bretagne de remettre en cause certaines parties de l'accord de divorce signé en début d'année et qui a alarmé les responsables européens.

George Eustice a déclaré que le gouvernement rétablirait certaines clauses si elles étaient retirées du projet de loi par la Chambre des Lords.

Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, estime que la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle américaine pourrait avoir un impact sur les négociations sur le Brexit.

Le président élu américain souhaite que le Royaume-Uni honore l'accord de paix nord-irlandais dit du Vendredi saint, conclu en 1998, faute de quoi il n'y aura pas d'accord commercial avec les Etats-Unis.

Joe Biden, un ami de l'Irlande

"Je pense que cela peut peut-être (faire une différence). Joe Biden est un véritable ami de l'Irlande, c'est quelqu'un qui en pleine campagne a pris le temps de faire une déclaration très claire sur la nécessité d'éviter le retour d'une frontière physique (entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande)", a-t-il déclaré à la chaîne de télévision irlandaise RTE.

Une porte-parole de la Commission européenne a indiqué, pour sa part, que l'élection présidentielle américaine, n'avait pas d'incidence sur les négociations sur le Brexit qui devraient se poursuivre toute la semaine à Londres.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.