Brexit : plus de la moitié des PME françaises sont mal préparées

Brexit : plus de la moitié des PME françaises sont mal préparées
Londres Big ben Royaume-Uni Grande-Bretagne

Boursier.com, publié le lundi 21 octobre 2019 à 11h03

D'après un sondage réalisé par Bercy, 54% des petites et moyennes entreprises n'ont pas étudié les conséquences qu'aura la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne pour leur activité.

Le flou est de tous les côtés... À 11 jours de la date de sortie programmée des ­Britanniques de l'Union européenne, 54% des PME françaises estiment ne pas connaître les effets d'un Brexit dur sur leurs activités, d'après une enquête de la Direction générale des entreprises (DGE), révélée par 'Le Journal du Dimanche',

Dans le détail, sur les 3.000 entités interrogées qui commercent avec le Royaume-Uni, 40% disent s'en inquiéter mais sans en chiffrer l'impact potentiel (seules 6% l'ont mesuré avec précision) et 53% disent être mal préparées contre 47% qui affirment à l'inverse être bien préparées. Les entreprises interrogées estiment être mal informées.

Pour rappel, le Brexit, initialement fixé au 29 mars, est désormais prévu pour le 31 octobre. Après un énième rebondissement samedi dernier à la Chambre des communes, le Premier ministre britannique Boris Johnson a réaffirmé son intention de réaliser le divorce à cette date, avec ou sans accord. L'incertitude demeure toutefois concernant un potentiel nouveau report.

Les PME doivent "passer à l'action"

Face à ces résultats, Bercy tire la sonnette d'alarme. "Je ne peux me satisfaire de ce que 54% des entreprises interrogées déclarent ne pas avoir examiné les conséquences d'un Brexit pour elles, leurs clients et leurs fournisseurs. Il faut qu'elles se dépêchent de passer à l'action", a affirmé Agnès Pannier-­Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, citée par le 'JDD'.

Pour aider les entreprises, le Medef a ouvert une adresse d'assistance aux entreprises au sujet du Brexit. Dans une interview au 'Parisien', Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, a d'ailleurs affirmé avoir "reçu plusieurs centaines de questions, avec des pics à chaque fois qu'on s'approchait du moment fatidique". "Nous avons été essentiellement sollicités par des PME car les grands secteurs, l'automobile, l'aéronautique par exemple, sont mieux préparés", a-t-il ajouté.

La semaine dernière, Geoffroy Roux de Bézieux a également rappelé au 'Figaro' qu'en plus des 3.300 entreprises françaises implantées au Royaume-Uni, 30.000 autres exportent outre-Manche et 70.000 importent également des produits qui sont fabriqués en Grande-Bretagne.

Un auto-diagnostic pour aider les PME

Pour pallier le manque d'informations, le gouvernement a de son côté mis en place des outils pour les PME, notamment avec une page web dédiée au Brexit (brexit.gouv.fr), qui regroupe des guides d'accompagnement.

L'exécutif propose également un auto-diagnostic, permettant à chaque entreprise d'évaluer en quelques clics son degré d'exposition au Brexit. Le site précise que cet outil "ne vous confère aucun droit, mais vous donne le meilleur conseil pour votre entreprise au vu de la situation actuelle".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.