Brexit : Toyota et Nissan demanderont un remboursement à Londres en cas de "no deal"

Brexit : Toyota et Nissan demanderont un remboursement à Londres en cas de "no deal"
Logo nouveau Toyota

Boursier.com, publié le lundi 05 octobre 2020 à 16h21

Les constructeurs automobiles se préparent à une taxe européenne supplémentaire de 10% sur les importations d'automobiles en provenance de Grande-Bretagne.

Les constructeurs automobiles japonais Toyota Motor et Nissan Motor vont demander un remboursement à la Grande-Bretagne dans le cas où le gouvernement britannique ne parviendrait pas à s'entendre sur un accord commercial post-Brexit avec l'Europe, selon le journal financier 'Nikkei'.

Les constructeurs automobiles se préparent à une taxe européenne supplémentaire de 10% sur les importations d'automobiles en provenance de Grande-Bretagne et demandent au gouvernement de s'acquitter de ces frais de douane, indique le quotidien japonais, sans citer de sources.

Boris Johnson traîne des pieds

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré dimanche qu'il ne souhaitait pas particulièrement que la période de transition se termine sans qu'un accord commercial ne soit trouvé mais que la Grande-Bretagne pouvait s'accommoder d'un tel résultat.

L'article du 'Nikkei' souligne que le divorce entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne a des implications pour les entreprises du monde entier, y compris du Japon, la troisième économie mondiale.

Des usines en Angleterre

Le groupe Toyota exploite une usine dans le Derbyshire, au centre de l'Angleterre, et a produit environ 8% des 1,52 million de voitures fabriquées en Grande-Bretagne en 2018. Il produit également des moteurs dans une usine au Pays de Galles.

Nissan possède quant à lui une usine à Sunderland, dans le nord de l'Angleterre, qui emploie 7.000 personnes. Si la Grande-Bretagne venait à quitter l'UE sans accord sur leur relation commercial, ce serait "insoutenable", avait déclaré Nissan en juin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.