Bruno Le Maire promet (encore) qu'il n'y aura pas de hausse d'impôts

Bruno Le Maire promet (encore) qu'il n'y aura pas de hausse d'impôts©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 24 août 2020 à 15h28

Et le ministre de l'Economie et des Finances appelle une nouvelle fois les Français à piocher dans l'épargne accumulée pendant le confinement.

Bruno Le Maire a une nouvelle fois affirmé lundi que le gouvernement ne prévoyait aucune hausse d'impôt et a appelé les Français à utiliser l'épargne accumulée ces derniers mois pour contribuer à la relance de l'économie française.

"Il y a un principe absolu : nous n'augmenterons aucun impôt, nous garantirons les baisses d'impôts qui ont été promises aux Français", qu'il s'agisse de la poursuite de la suppression de la taxe d'habitation ou de la baisse des impôts de production de 10 milliards d'euros pour les entreprises, a promis le patron de Bercy au micro de RTL.

Participer à la relance... en consommant

Grâce à cet engagement de l'exécutif, Bruno Le Maire espèrent que les Français piocheront dans les "100 milliards d'euros d'épargne qui ont été mis de côté" pendant la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus.

"Ce que je souhaite, c'est que les Français puissent dépenser cet argent pour relancer l'économie et que les entreprises puissent participer à la relance de cette économie", a-t-il dit.

Collecte record pour le livret A et le LDDS

A 1,85 milliard d'euros, la collecte mensuelle du Livret A s'est un peu ralentie en juillet mais reste largement positive après presque 3 milliards en juin et un pic de d'environ 5,5 milliards en avril. Depuis le début de l'année, les statistiques de la Caisse des Dépôts montrent que le Livret A a capté plus de 22 milliards d'euros et le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) plus de 6 milliards, soit une collecte globale dépassant 28 milliards.

Il s'agit de niveaux records pour ces deux livrets alors que l'été marque généralement un relâchement de l'épargne des ménages au début d'une période où les dépenses à financer deviennent plus nombreuses, des vacances à la rentrée scolaire puis au paiement de la taxe foncière ou la taxe d'habitation pour ceux qui y sont encore assujettis.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.