Ca tangue à la direction de Renault

Ca tangue à la direction de Renault
Carlos Ghosn PDG Renault Nissan

Boursier.com, publié le lundi 12 février 2018 à 15h44

C'est un conseil d'administration très sensible qui se tiendra chez Renault jeudi. Sauf grosse surprise, Carlos Ghosn devrait voir ses fonctions de PDG reconduites, tandis que Thierry Bolloré, l'actuel directeur délégué à la compétitivité sera nommé Chief Operating Officer (COO). "Thierry Bolloré a été reçu par Bruno Le Maire, et le ministre de l'Economie a validé sa candidature", affirment 'Les Echos'.

C'est dans ce contexte que le constructeur automobile vient d'enregistrer deux départs de taille. Ex-PDG de Total, Thierry Desmarest a fait savoir qu'il quittait ses fonctions au sein du conseil d'administration, à l'âge de 72 ans, avant le terme théorique de son mandat en 2020, écrit l'agence de presse Reuters.

Méthode de recrutement

Ce départ s'ajoute à celui de l'Allemand Stefan Müller, directeur délégué à la Performance du constructeur. Une décision qui suscite de nombreuses interrogations au sein du groupe. "Stefan Mueller était entré chez Renault en même temps que Thierry Bolloré, et son nom était régulièrement cité parmi les candidats possibles au poste de numéro deux. Son départ n'est-il pas signe de sa déception ?", se demande le journal 'Les Echos'.

Reuters de son côté indique qu'en interne, on s'interroge sur les conditions de recrutement du numéro deux de Renault. "Les candidatures externes n'ont pas été étudiées comme elles auraient dû l'être", explique une de ses sources, même quand les cabinets de recrutement ont proposé des profils comme celui du numéro deux de Toyota Didier Leroy. En plaçant Thierry Bolloré en tête de sa présélection, le groupe a empêché de fait les efforts de conseillers externes visant à lancer dans la course des candidats comme l'Allemand Stefan Müller, un vétéran de BMW.

Surprise

De quoi provoquer la surprise chez plusieurs administrateurs, même si selon les sources de Reuters, le départ de Thierry Desmarest ne serait pas lié aux annonces. Il avait de toute façon prévu de se retirer après l'assemblée générale des actionnaires, qui aura lieu le 15 juin, écrit Reuters. "Pas de motif polémique ou lié à la conjoncture Ghosn" en dépit d'"un effet d'optique trompeur du fait de l'actualité", indique une de ses sources. Les changements à la tête du groupe devraient être annoncés vendredi, en parallèle de la publication des résultats financiers annuels.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU