Cacao: accord entre la Côte d'Ivoire et le Ghana

Cacao: accord entre la Côte d'Ivoire et le Ghana
Des femmes ivoiriennes transportent des fèves de cacao dans une plantation de Soubre (sud-ouest), le 06 decembre 2014

AFP, publié le mercredi 28 mars 2018 à 13h19

La Côte d'Ivoire et le Ghana, parmi les principaux producteurs mondiaux de cacao, ont signé mercredi à Abidjan un accord destiné à améliorer le prix d'achat de la fève aux producteurs et lutter contre la contrebande. 

Les présidents ivoirien Alassane Ouattara et ghanéen Nana Akufo-Addo ont "réaffirmé leur volonté de définir une stratégie commune en vue de trouver une solution durable à l'amélioration des prix perçus par les producteurs de cacao de leur pays respectifs", selon les termes du texte. 

Abidjan et Accra "s'engagent à harmoniser leur politique de commercialisation du cacao" et "conviennent d'annoncer chaque année de manière concomitante et avant le début de la campagne le prix au producteurs", poursuit le texte.

"Chacun va annoncer son prix... Mais nous allons essayer de rapprocher les prix. les deux pays n'ont pas les mêmes systèmes de fixation des prix", a expliqué à l'AFP Yves Koné, président du Conseil du café cacao, l'organe de régulation de la filière en Côte d'Ivoire.

La différence de prix payé aux producteurs des deux côtés de la frontière des deux voisins donnait lieu à de la contrebande et de la tension. 

Le cacao est à nouveau à la hausse après s'être écroulé en 2017. L'accord entre les deux pays doit aussi permettre de limiter les fluctuations de prix et de lutter contre la spéculation.

Les deux pays vont ainsi "se concerter régulièrement sur la gestion de leur filière cacao".

L'accord a été signé en marge d'une réunion de l'Africa CEO-forum, réunissant des chefs d'entreprise, qui s'est achevé mardi à Abidjan, la capitale économique ivoirienne et à laquelle participait le président ghanéen.

Le Ghana et la Côte d'Ivoire, qui sont voisins et "jumeaux" par la géographie, le peuplement et l'agriculture, représentent plus de plus de 60% de la production mondiale de cacao.

La Côte d'ivoire et le premier producteur mondial de cacao avec environ 2 millions de tonnes et ce secteur, premier employeur du pays, a subi de plein fouet la chute de 40% des cours depuis juillet 2016. Le  pays transforme moins de 500.000 tonnes sur son territoire, a regretté le président. 

"Nous travaillons en relation avec le Ghana, mais également avec la Banque africaine de développement et la Banque mondiale pour trouver un moyen de stockage du cacao pour une meilleure maitrise de l'offre du cacao sur le marché mondial", avait déclaré mi-novembre, le président ivoirien promettant de stocker du cacao pour influer sur la demande et "rendre au paysan le fruit" de son travail.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.