Carburant : les aides accueillies avec prudence par les automobilistes

Carburant : les aides accueillies avec prudence par les automobilistes©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 14 novembre 2018 à 19h21

Comment les automobilistes accueillent-ils les mesures de l'exécutif pour tenter d'adoucir la hausse des prix à la pompe ? Plus de sept Français sur dix sont favorables aux aides annoncées mercredi par le Premier ministre Edouard Philippe... mais moins d'un sur deux juge qu'elles amélioreront le pouvoir d'achat, selon un sondage Elabe pour BFM TV.

L'élargissement du système d'indemnités kilométriques pour les personnes parcourant au moins 60 km par jour entre leur domicile et leur travail et la prime à la conversion des chaudières au fioul sont les idées les plus appréciées : elles recueillent chacune 79% d'avis favorables. La "super prime" à la conversion automobile de 4.000 euros est jugée positivement par 75% des sondés.

Entre 43% et 50% des Français estiment que ces pistes pourront améliorer leur pouvoir d'achat. Le Premier ministre a évoqué des aides de l'ordre de 500 millions d'euros.

Les "gilets jaunes" toujours populaires

Près de 70% des personnes interrogées pensent que l'exécutif devrait abandonner la hausse des taxes sur les carburants et 73% approuvent la mobilisation des "gilets jaunes" qui prévoient de manifester samedi. Ce mouvement est soutenu en majorité par les catégories populaires (85%), les habitants des communes rurales (81%) et des petites agglomérations (81%).

Cette journée du 17 novembre devrait être ponctuée de manifestations, de blocages de routes et d'opérations escargot - même si le gouvernement a prévenu que les forces de l'ordre seraient mobilisées pour dégager les axes si nécessaire. Il s'agit d'un test pour le gouvernement, qui lui permettra de mesurer concrètement la colère suscitée par la hausse tendancielle des prix de l'essence et du diesel.

Ce mouvement est né spontanément, notamment sur les réseaux sociaux... Mais il est désormais suspecté de récupération, après l'assentiment des principaux partis d'opposition, dont le Rassemblement national (ex-Front national), Les Républicains et la France insoumise.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.