Carrefour commercialise par "erreur" du gel hydroalcoolique LVMH

Carrefour commercialise par "erreur" du gel hydroalcoolique LVMH
Carrefour distributeur supermarché

Boursier.com, publié le mercredi 27 mai 2020 à 14h22

Les flacons de gel hydroalcoolique du groupe de luxe LVHM, destinés en priorité aux hôpitaux français, sont interdits à la vente...

Comment des flacons LVMH se sont-ils retrouvés en rayon dans un magasin Carrefour ? En quelques heures, une photo montrant des bouteilles de gel hydroalcoolique du groupe de luxe, vendues 9,50 euros, dans un magasin Carrefour City à Toulouse s'est propagée sur les réseaux sociaux, suscitant l'indignation.

Ces gels hydroalcooliques siglés LVMH était pourtant marqués de la mention "ne peut-être vendu". Alors que certains internautes n'ont pas manqué de rappeler que le géant français du luxe s'était engagé à produire massivement du gel hydroalcoolique à destination des hôpitaux, le distributeur a plaidé l'erreur humaine et s'est empressé de les retirer de la vente.

"Le gel a été retiré ce matin du rayon. LVMH a fourni du gel à des enseignes de la grande distribution, il était destiné à nos collaborateurs et n'aurait pas dû se retrouver à la vente. Il s'agissait d'une erreur du magasin, c'est corrigé", a assuré ce mercredi l'enseigne sur compte Twitter.

Un cas isolé ?

Sur le réseau social, le distributeur français a expliqué, par la suite, que "LVMH fournit aussi du gel hydroalcoolique au Groupe Carrefour", qui le distribue "gratuitement" dans les magasins "pour leurs collaborateurs". Contacté par 'LCI', Carrefour a tenu également à préciser que dans les magasins de type "City", la direction est "autonome sur la mise en rayon", soulignant qu'il s'agit bien d'un cas isolé.

De son côté, LVMH a expliqué à 'BFMTV' avoir produit du gel "en priorité pour les hôpitaux". "Mais avec ce qui restait une fois ces commandes livrées, nous avons pu en donner aussi à des dizaines de structures publiques ou privées. Par exemple d'autres distributeurs que Carrefour, la préfecture de Police de Paris, etc.", a ajouté la direction du groupe.

Un prix de vente également illégal

Outre le fait que ces gels fabriqués par LVHM soient interdits à la vente, des internautes ont fait également remarquer que le prix de vente de ces bouteilles était illégal. Pour rappel, le prix des flacons de gels hydroalcoolique, fixé par un décret du 11 mai, continuera d'être plafonné en fonction de la taille du contenant.

Ainsi, pour les flacons de plus 300ml (ceux de LVMH font 500ml), le prix ne peut pas dépasser 13,19 euros (TTC) par litre. Les gels hydroalcooliques distribués dans le magasin toulousain, proposés à 9,50 euros l'unité (soit 19 euros TTC au litre), étaient donc largement au-dessus de ce plafond réglementaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.