Castaner: "nous ne baisserons pas les bras" sur la PAC

Castaner: "nous ne baisserons pas les bras" sur la PAC
Le secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement Christophe Castaner affirme que la France ne baissera pas les bras sur la Politique agricole commune. Photo prise le 30 mai 2018 à l'issue d'un Conseil des ministres à L'Elysée

AFP, publié le lundi 04 juin 2018 à 12h01

Christophe Castaner a affirmé lundi que la France "ne baissera(it) pas les bras" sur la Politique agricole commune (PAC), alors que la réforme annoncée vendredi par la Commission européenne devrait mener à une baisse des fonds européens en la matière.

"Nous ne baisserons pas les bras: nous avons besoin de cette PAC, non pas pour que ce soit un complément de rémunération, mais parce que notre agriculture française a besoin de se transformer en profondeur", a déclaré le secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement sur Public Sénat.

Assurant que la France n'était "pas tout à fait isolée" dans la contestation de la réforme --qui doit aboutir à une baisse de 5% du budget de la PAC entre 2021 et 2027, par rapport au cadre financier actuel--, M. Castaner a tenté de rassurer.

"Au début de la discussion, Bruxelles commence toujours par dire: +La PAC ça ne va pas, on la baisse+, puis il y a des tensions, des discussions, et c'est le rôle du ministre de l'Agriculture" que d'obtenir des arbitrages plus favorables à la France, a estimé M. Castaner, par ailleurs délégué général de La République en marche.

"Le réchauffement climatique implique des investissement massifs. Nous avons besoin d'une PAC forte pour aider notre agriculture", a-t-il encore plaidé.

La France, qui est l'un des principaux bénéficiaires de la PAC, a appelé mercredi avec l'Espagne, la Finlande, la Grèce, l'Irlande et le Portugal, à une hausse du budget de la PAC.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU