CDG devient l'aéroport le plus fréquenté d'Europe, et détrône Heathrow

CDG devient l'aéroport le plus fréquenté d'Europe, et détrône Heathrow©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 28 octobre 2020 à 15h02

Heathrow blâme l'inaction du gouvernement britannique pendant la pandémie de coronavirus, qui a entraîné une chute du nombre de ses passagers plus importante encore que celle de ses concurrents.

L'aéroport londonien d'Heathrow a perdu sa place d'aéroport le plus fréquenté en Europe... Il est détrôné par celui de Paris-Charles de Gaulle, en France. Ce déclassement porte un coup aux ambitions commerciales mondiales de la Grande-Bretagne alors que les relations actuelles du pays avec l'Union européenne doivent prendre fin dans deux mois.

Heathrow, qui a fait l'annonce de cette nouvelle, a blâmé l'inaction du gouvernement britannique pendant la pandémie de coronavirus qui a entraîné une chute du nombre de ses passagers plus importante encore que celle de ses concurrents. La direction affirme que l'introduction tardive d'un système de tests dans les aéroports par le gouvernement britannique afin de remplacer la mise en quarantaine de 14 jours a pénalisé l'économie.

Le nombre de passagers revu en nette baisse

L'aéroport londonien a par ailleurs revu à la baisse le nombre de passagers attendus l'an prochain. Il prévoit désormais d'accueillir 37 millions de passagers, soit 41% de moins que ses prévisions du mois de juin, alors que le renforcement en cours des mesures de restrictions dans plusieurs pays a douché les espoirs d'une reprise de la demande de voyage.

L'aéroport avait accueilli 81 millions de passagers en 2019. Le nombre de passagers transitant à l'aéroport d'Heathrow a chuté de 84% au cours du troisième trimestre, entraînant une perte de 1,5 milliard de livres (1,65 milliard d'euros) au cours des neuf premiers mois de l'année.

Amsterdam et Francfort peuvent passer devant

Pour le directeur général John Holland-Kaye, le glissement de Heathrow vers le bas du classement - Amsterdam et Francfort pourraient également le dépasser - devrait inciter le gouvernement britannique à réagir.

La Grande-Bretagne a indiqué qu'elle annoncerait des quarantaines plus courtes sur la base des tests du COVID-19 pour relancer les voyages d'ici début décembre. John Holland-Kaye a indiqué qu'il espérait également que des progrès soient bientôt réalisés sur un plan autorisant les voyages entre le Royaume-Uni et les États-Unis, sans quarantaine obligatoire.

Ce plan permettrait un dépistage avant le départ et à l'arrivée sur certains itinéraires entre Londres et les États-Unis. Les voyages en provenance et vers les Etats-Unis sont cruciaux pour Heathrow puisqu'ils représentent 20% de son trafic, dont 5% provient des trajets Londres-New York.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.